Jackie Pullinger: une femme qui a tout donné

Confort, argent, vie sentimentale, aspirations, Jackie Pullinger a décidé de renoncer à tout cela à l’âge de vingt ans pour suivre une conviction: celle de partir en mission

Angleterre, 1964. Jackie Pullinger est dans sa vingtième année. Depuis plusieurs années, elle s’intéresse à la mission et songe à l’Afrique. Mais une nuit, elle fait un rêve qui la marque profondément. Elle raconte : «Toute ma famille était réunie autour de la table de la salle à manger sur laquelle était étalée une carte du monde. Parmi les taches de couleurs représentant les différents pays, il y avait une toute petite tache rose. Je me suis penchée pour voir le nom de ce pays. C’était Hong-Kong». La jeune femme est persuadée que Dieu lui a parlé au travers de ce rêve et elle commence à se documenter sur cette partie du monde.

Des années d’attente
Alors qu’elle cherche à s’y rendre, toutes les portes se ferment. Jackie Pullinger ne comprend plus. «Etait-ce vraiment Dieu qui me parlait?», se demande-t-elle. La lecture du Psaume 32 l’éclaire alors, en particulier le verset 8 qui dit : «Je vais t’instruire, t’indiquer la route à suivre, et te donner un conseil, en veillant sur toi». La jeune Anglaise prend cette promesse au mot et sur le conseil de son pasteur, elle quitte ses proches et prend un aller simple sur un bateau en direction de Hong-Kong. Elle a alors vingt-cinq ans.

Cité interdite
A Hong-Kong, Jackie Pullinger rentre dans la «Cité interdite», une sorte d’enclave à l’intérieur de la ville. Les étrangers n’y sont pas les bienvenues et la police déserte ce lieu. Le crime, les gangs, la drogue et la prostitution hantent cet endroit surpeuplé. Malgré le contexte repoussant, Jackie Pullinger remonte ses manches. Elle a du travail! Les autochtones la prennent pour une folle. Ils parient entre eux qu’elle ne tiendra pas plus d’une année. «Comme les autres, elle repartira, nous oubliera et retrouvera le confort de l’Europe», disent-ils.
Jackie Pullinger se rappelle les premières fois où elle a rencontré des drogués dans la Cité. Ceux-ci hantent les rues, tel des squelettes ambulants. Après avoir vu plus de cent drogués qui prenaient ouvertement leur dose d’héroïne, Jackie Pullinger avait dit à Dieu: «Je suis prête à consacrer ma vie à ces pauvres êtres, si je peux en aider ne serait-ce qu’un à venir à toi.»

Elle tient bon
Les mois et les années passent et Jackie Pullinger gagne la confiance et le respect des habitants. Elle prend soin des drogués en mettant sur pied des centres de désintoxication, accueille les orphelins et crée des clubs d’enfants. Elle partage même son unique chambre avec des prostituées. C’est au prix de luttes, de découragements, de désespoir et d’épuisement qu’elle accomplit ce que Dieu lui demande, dans la Cité interdite. Non, la vie n’est pas facile, chaque jour est un combat. Mais Jackie Pullinger sait qu’elle combat dans le bon camp et c’est cela qui l’aide à persévérer.
Par amour pour Jésus, Jackie Pullinger a apporté la lumière dans les ténèbres et offert un espoir à des centaines de Chinois. Quel exemple de consécration et de courage! La biographie de Jackie Pullinger s’intitule La cité interdite ; c’est un récit inspirant.

Letty Greneille

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°