Ils ont trouvé l'amour grâce à Just 4U

L'histoire n'est pas banale: une lectrice est tombée amoureuse d’un prisonnier avec laquelle elle avait entrepris une correspondance, grâce au journal. Anne et Olivier ont uni leurs destinées, le premier samedi de septembre, dans un petit village d'Alsace

Leur histoire pourrait faire l'objet d'un roman ou d'un film. Anne, quinze ans, achète un peu par hasard le magazine Just 4U. Elle y découvre le témoignage d'Olivier, de quatre ans son aîné, qui y publie une lettre après avoir reçu le magazine par l’intermédiaire de l’aumônier de sa prison. Touchée, Anne décide de lui répondre par le biais du courrier des lecteurs.

Une correspondance bienvenue
Les courriers qu'Olivier reçoit au travers de Just 4U lui font du bien. Quel dépaysement pour lui que ces lettres! Face a la dure réalité des conditions de détention, les lettres d'Anne, comme celles de beaucoup d'autres lecteurs, sont une vraie bouffée d'air entre histoires de copines et de copains, cours au lycée et derniers films. Olivier a «fêté» ses dix-huit ans en entrant en taule, le 12 février 2001. «Un jour plus tôt, j’aurais pu bénéficier d'un traitement de faveur pour mineurs. Au contraire, j’ai découvert le monde hiérarchisé et brutal de la prison», témoigne-t-il. Il écope de huit ans de réclusion. Olivier n’est pourtant ni un brigand ni un meurtrier. Rien ne le prédestinait à croupir aux côtés de grands malfrats. C’est juste un jeune qui, un jour, a été dépassé par les événements et a fait une grosse bêtise aux conséquences irréversibles.

Solitude
En cabane, il se sent seul. Il sort peu de sa cellule. Au bout de quelques mois, il obtient la possibilité de travailler dans un bâtiment à l'écart, avec des détenus qui, comme lui, travaillent. Les visites des aumôniers lui font du bien. Elles brisent la solitude et le silence qui l’entourent. «Loin des yeux, loin du cœur: les gens m'ont donné moins de nouvelles, petit à petit oublié ou tourné le dos», se souvient Olivier. Ce sont ces visites qui le mettent sur la piste de Dieu.
Anne et Olivier s'écrivent à six reprises jusqu'en 2001. Puis silence. Olivier ne répond plus. Pas plus à Anne qu'aux autres lecteurs de Just 4U. La raison? Le procès et une période noire. «Mes soucis me faisaient voir tout en noir», détaille-t-il. De son côté, Anne, enjouée et bien dans sa vie, a aussi passé à autre chose sans trop se poser de questions.

Reprise de contact
Cinq ans ont passé. Anne, alors étudiante à la fac, repense à Olivier «de façon persistante et sans trop savoir pourquoi». Elle décide de lui écrire et lui propose de reprendre le contact là où il s'est arrêté, lui laissant ses coordonnées. Ce qu'elle ignore, c'est qu'Olivier vient tout juste d'être libéré. Sa peine a été écourtée pour bonne conduite et l’acquisition de diplômes. Le courrier envoyé à la prison est finalement arrivé chez ses parents.
Olivier lui envoie immédiatement un texto qu'Anne reçoit dans le tram, à la sortie des cours. Ils s'échangent quelques SMS et s'appellent. «Notre discussion a duré quarante-cinq minutes», se souvient Anne avec précision. Très vite, ils se rencontrent et tombent dans les bras l'un de l'autre. L'idylle dure quatre mois. Puis s'arrête brutalement.

Incompréhension
Pour Anne, c'est le choc. «J'avais prié pour cette relation et j'avais ressenti une paix profonde». Alors qu'elle voyait en Olivier l'homme de sa vie, lui avait besoin d’un grand bol d’air et vit mal le retour à la vie civile, notamment le décalage qu'il ressent avec l’entourage d'Anne: quand il est entré en prison, on payait encore en francs français
et on utilisait des disquettes. Là, on lui parle de clé USB et de Facebook et il est largué. Mais surtout, il n’a rien à raconter de ses six dernières années. «Ma plus grande hantise, c'est qu'on me demande ce que je fais dans la vie», témoigne-t-il.

Les chemins se recroisent
Olivier se met à fréquenter une autre fille tout en gardant contact avec Anne. De son côté, Anne dit son incompréhension à Dieu en continuant secrètement d'espérer. A raison: Olivier se rend compte après quelque temps qu’Anne a quelque chose de plus: «Elle était la seule personne qui me comprenait vraiment. Elle avait suivi tout mon parcours. Elle me connaissait mieux que personne», analyse aujourd'hui Olivier.
Lorsqu'ils se revoient, ils parlent de tout et de rien et pas mal de Dieu. Il faut dire qu'en recouvrant la liberté, Olivier s’est désintéressé de Dieu. Mais il porte encore beaucoup de culpabilité pour le geste qui l’a amené en prison. «Je n'arrivais pas à me pardonner et encore moins à demander le pardon de Dieu. Ce que je ne voyais pas, c'est que Dieu avait placé Anne à mes côtés». Grâce à ce vis-à-vis, Olivier décide de s'approcher à nouveau de Dieu. De l'image de loser qu'il a de lui-même, il reprend confiance et découvre le pardon de Dieu.

Apprentissage de la vie en commun
Depuis qu'ils se sont remis ensemble en 2007, la vie n'a pas été un long fleuve tranquille. Olivier le solitaire a dû se faire au rythme des sorties et aux habitudes sociales d’Anne. Pourtant, petit a petit, ils trouvent leur rythme de croisière. En 2009, Olivier appelle la rédaction de Just 4U et demande s'il peut publier une demande très particulière dans le magazine. Et c'est ainsi qu'il a demandé Anne en mariage. «Pour moi, c'était normal, car c'est par là que tout a commencé», précise Olivier.
Déléguée commerciale d'un grand éditeur parisien en CDD pour elle, disquaire en CDI pour lui, ils rêvent aujourd'hui d'avoir tous deux un CDI, d'acheter une maison et d'avoir des enfants. Convaincus comme le chantait Edith Piaf que «Dieu réunit ceux qui s'aiment», ils regardent avec confiance vers l'avenir. Pour leur mariage, ils ont choisi ces paroles du Christ: «Votre Père céleste sait que vous avez besoin de manger, de boire et de vous vêtir; mais cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice et toutes ces choses vous seront données en plus. Ne soyez donc pas en souci pour le lendemain». Bon vent aux jeunes mariés!

Christopher Spirit

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°