Mes complexes ne me gâcheront pas la vie!

image: Mes complexes ne me gâcheront pas la vie!
© Alliance Presse

Deuxième Suissesse au concours Miss Ronde, Prune Moeckli est fière de sa différence

Quel a été votre déclic pour vous lancer dans cette aventure? J’ai eu plusieurs expériences de mannequinat entre quatre et treize ans. A l’adolescence, j’ai pris du poids et je pensais que ce milieu n’était plus pour moi. Mais en entendant parler de ce concours, je me suis dit: «Enfin un concours qui m’accepte comme je suis!». L’envie est revenue.

Avez-vous des complexes? C’est un terme que j’ai banni de mon vocabulaire… Non, bien sûr, il y a des choses chez moi que j’aime moins, comme mes bras qui «pendouillent». Mais cela ne m’handicape plus, je vis bien avec! Me mettre en maillot de bain n’est pas toujours agréable, mais je me sens de plus en plus libre, moins observée.

Comment réuississez-vous à vous en débarrasser? J’ai compris que même des personnes très minces peuvent être bourrées de complexes. Ceux-ci ne viennent pas du physique, mais des mensonges du diable. En y croyant, on leur donne du poids. Face aux remarques, je me disais: «Je vais te prouver que tu as raison, prendre encore plus de poids, me sentir encore plus moche». Je suis tombée très bas. J’ai fait une tentative de suicide il y a sept ans, je n’avais plus aucune estime de moi. Dieu m’a récupérée. Pour lui, j’ai de la valeur, il veut mon cœur avant tout. J’ai ouvert les yeux sur mes capacités et ma beauté.

EN EXCLUSIVITE, un article de notre prochain numéro de Just4U, qui sortira le 9 juin. La période des baignades est de retour, génial! Tu ressors ton maillot de bain de l’armoire et là, le miroir ne te renvoie pas forcément l’image espérée. Si tu es une fille, la première chose que tu vas voir est la cellulite sur tes cuisses ou tes jambes trop courtes à ton goût. Si tu es un garçon, c’est ton aspect «gringalet» qui va te poser problème. Quelques conseils pour ne pas se laisser gâcher la vie par les complexes.

N’écoute pas les paroles négatives!
La société te donne une certaine image de ce que doit être le corps parfait. Voilà qui peut nourrir tes complexes! Mais les paroles négatives de ton entourage ou la façon dont il te regarde jouent aussi un rôle. Tu as sûrement déjà pris conscience de l’effet des paroles sur toi. La psychologue chrétienne Sandra Dubi rappelle que, par la langue, on peut communiquer des paroles encourageantes ou destructrices.

Des remarques, des critiques ou des moqueries entendues dans l’enfance laisseront une trace. «L’image de notre corps provient de la façon dont les autres nous voient. Le malaise vient souvent de paroles telles que “tu as de grosses cuisses” ou “tu as vu ton nez?”», précise la psychologue. Elle suggère de refuser celles qui ont un effet déstabilisant ou destructeur, en s’appuyant sur ce que Jésus a fait: «Il a brisé toute malédiction et racheté toute guérison ou délivrance», affirme-t-elle.

Réconcilie-toi avec ton corps!
Selon une statistique, 70% des adolescents n’aiment pas leur corps. Mais rassure-toi, c’est une phase normale. Les changements dans ton corps nécessitent une réadaptation. Il va falloir faire le deuil de ton corps d’enfant, accepter ta nouvelle apparence et aller vers le monde des adultes. Pour cela, tu auras besoin de te rappeler que Dieu te regarde avec bienveillance. Son amour est une arme anticomplexe puissante! Tu auras aussi besoin du soutien de tes parents. «Chez son père, la fille a besoin de trouver un soutien et une reconnaissance de sa féminité. Le garçon, lui, recherche un modèle d’identification et un repère», insiste Sandra Dubi.

Entoure-toi de personnes positives!
Un gars de ta classe te rabaisse sans arrêt? Une soi-disant «copine» te fait remarquer tes moindres défauts? Pour éviter des souffrances inutiles, éloigne-toi des personnes «toxiques» et entoure-toi de personnes positives. Rejoins un groupe qui a les mêmes valeurs que toi et dans lequel tu te sens libre d’être toi-même. Avec des personnes de confiance, tu peux parler de tes complexes et de ce que tu ressens… Tu verras, tu n’es pas le seul à te débattre avec! Sais-tu que tu peux être un canal de l’amour de Dieu pour les autres et les aider à s’accepter? Mets en avant leurs points forts. Cela renforcera non seulement leur estime d’eux-mêmes, mais aussi votre amitié.
--PAGE--
Mets en valeur tes atouts!
«Il est important d’appuyer et de mettre en lumière ce qui est bon et bien en nous», commente Sandra Dubi. Pour te convaincre que tu as des atouts, note sur une feuille trois qualités physiques que tu as et trois qualités morales. A coup sûr, tu seras surpris en bien! Apprends à mettre en valeur tes atouts physiques, mais surtout laisse Dieu transformer ton caractère: quelqu’un de sympa, drôle et souriant sera toujours apprécié. Ta taille te pose un problème? Choisis un sport où elle sera un avantage. Par exemple, gymnastique ou danse acrobatique si tu es petit, basket ou volley pour les grands.

Et les soutifs rembourrés?
La vente des soutiens-gorge rembourrés (les Wonderbra) pour les ados et les préados a créé la polémique aux Etats-Unis ce printemps. Les magasins de mode disent: «Voilà ce dont tu as besoin!». Les parents et certains pays, eux, affirment que cela ne fait que renforcer l'image de la fille-objet, qui n’est là que pour le plaisir des gars.

Et toi qui as entre 12 et 16 ans, as-tu déjà été tentée de porter un soutien-gorge qui te permette de rivaliser avec des copines dont la poitrine s'est développée plus vite ou mieux que toi? C'est sûr que le premier effet sera peut-être d'attirer le regard des garçons sur toi, ou plutôt sur ta poitrine. L'autre effet, moins sympa, ce sera de les intéresser davantage à ta plastique qu'à ta personnalité. Et de courir le risque que tes copines, jalouses, vendent la mèche à tes copains et que tu deviennes un sujet de moquerie...

Si tu penses que ta poitrine ne pousse pas assez (vite), souviens-toi que tu es une créature merveilleuse aux yeux de ton créateur. Ce sera mieux pour ton moral que ce que la pub peut te raconter.

Sandrine Roulet

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°