Le sport pour prendre confiance en soi

image: Le sport pour prendre confiance en soi
© Alliance Presse

La confiance en soi se développe aussi par la musique et l’art

«Le sport n’aide pas forcément à prendre davantage confiance en soi que la musique ou le théâtre, par exemple», ajoute Didier Simonin. «C’est un domaine parmi d’autres. Tous les domaines sont des environnements où tu peux acquérir de l’expérience et t’ouvrir à la vie». Dans tous les cas, le principe est le même: si tu vis bien ces engagement sportifs ou artistiques, tu développeras à coup sûr ta confiance en toi. L’important, c’est que tu te lances et que tu te responsabilises.

Tu n’as pas assez confiance en toi? Fais du sport! Tu as «trop» confiance en toi? Fais aussi du sport! «Le sport est un super terrain pour vivre des expériences, découvrir tes capacités et progresser. Et, quand tu progresses, tu augmentes ta confiance en soi», explique le prof de sport Didier Simonin. Autrement dit, même si tu te sens nul, le sport te fait généralement le plus grand bien pour prendre de l’assurance.

Ceux qui ont un rôle à jouer pour te donner confiance

L’entraîneur et le prof de sport
Tu l’as sûrement remarqué: ce que te dit le coach ou le prof de sport peut avoir une grande influence sur la confiance en toi, selon qu’il sait encourager et valoriser ou dénigrer. «L’autre jour, une fille avait peur de grimper aux perches parce qu’elle se croyait nulle. Alors j’ai attendu que les élèves soient partis. Elle est restée avec une copine et avec moi, et elle a fait des progrès en un rien de temps. Je lui ai dit: “Souviens-toi de cette expérience pour prendre confiance en toi”».

Tes coéquipiers
«Il faut que les autres mettent en avant tes capacités et qu’ils te respectent. Si, au contraire, ils se moquent de toi et ne te respectent pas, tu ne développeras pas ta confiance en toi», relève Didier Simonin.

Tes parents et ton entourage
La confiance que tu as peut dépendre de ton éducation et de la relation que tu as eue avec tes parents. «Si, en tant qu’enfant, tu n’as pas été aimé, ce sera plus difficile de prendre conscience de ta valeur et de tes capacités», ajoute Didier Simonin.

Tu as peut-être tout en ta défaveur: un entraîneur insupportable, des parents qui ne t’ont pas valorisé et des coéquipiers moqueurs. Mais même dans ce cas, tu peux devenir acteur de ta vie et décider de travailler ta confiance en toi. Just4U te donne plusieurs conseils tout pratiques (page 13)pour t’aider à y remédier et à grandir dans cette confiance.

--PAGE--
Conseils pour grandir en confiance en soi

1. Découvre tes points forts et tes points faibles
«Tout part de l’estime de soi, c’est-à-dire d’être conscient de ses propres buts, faiblesses et limites, de les reconnaître et de les accepter», définit une brochure de Jeunesse+Sport (J+S) dédiée au mental dans le sport. D’un côté, évite donc de te fixer des objectifs impossibles à atteindre; mais de l’autre, pour progresser, essaie de dépasser parfois tes limites.

2. Choisis un sport qui te convient
Tu n’as pas les mêmes centres d’intérêt et qualités que tous tes potes. Et donc, certains sports te conviendront mieux que d’autres. «Choisis en fonction de ta personnalité. Si tu es plutôt individualiste, fais du tennis ou du vélo, par exemple. Si tu aimes la nature, pourquoi pas l’escalade? Et si tu aimes les relations, songe à un sport d’équipe», invite Didier Simonin. Si tu choisis le sport en équipe, trouve la place qui te convient le mieux et n’hésite pas à prendre des responsabilités et à transmettre ton savoir aux autres.

3. Réfléchis à tes performances
Quand tu es en situation d’échec, tu peux essayer de te parler à toi-même et te dire: «Non, je ne suis pas nul!». Remplace tes pensées négatives par des pensées positives, fixe-toi sur ce qui va bien plutôt que sur tes difficultés, écoute les encouragements plutôt que les critiques. J+S t’encourage aussi à te remémorer tes plus gros succès. «Quand ça ne va pas comme prévu, tu peux analyser les causes. Un cycliste mécontent de lui comprendra peut-être qu’il avait mal au ventre ou que le vent le ralentissait, et il réalisera alors qu’il n’est pas nul mais que d’autres choses ont joué en sa défaveur», assure Didier Simonin.

4. Refuse l’orgueil
Si tu as une trop grande confiance en toi, tu cours le risque de devenir arrogant. Il y a un petit problème, c’est que tu vas retomber de haut. Et tout peut s’écrouler: «Une personne orgueilleuse n’est pas habituée à la défaite. Beaucoup de jeunes, vers 15 ou 16 ans, commencent à se frotter à des gens meilleurs qu’eux. Ils ne le supportent pas et arrêtent tout», avertit Didier Simonin.

5. N’oublie pas Dieu
Il est ton plus fidèle compagnon: celui qui te relève dans l’échec, celui qui te donne la santé, celui qui t’aime même quand tu te loupes, celui que tu peux appeler à l’aide quand tu es stressé ou découragé. Devant lui, tu as toujours la même valeur: celle d’une personne qu’il a décidé de créer, qu’il a faite à son image et qu’il veut même adopter comme son enfant.

Jérémie Cavin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°