Cécile, l'instit qui aime ses élèves

image: Cécile, l'instit qui aime ses élèves
© Alliance Presse

Cécile est institutrice dans le primaire depuis sept ans. Un travail défiant, qui n’est pas aussi reposant que les clichés des longues vacances veulent bien nous laisser croire!

Est-ce que le métier d’institutrice est pour toi un rêve d’enfance?
Non, je n’ai pas toujours voulu devenir institutrice. Je me suis longtemps cherchée, je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire, j’avais du mal à voir dans quel métier mes capacités pourraient servir, être utiles. Je savais simplement que je voulais travailler au contact de personnes, et le milieu médical m’attirait également.
L’enseignement ne m’est donc pas venu comme une vocation, mais petit à petit. Un jour, par exemple, lors d’un séjour en Allemagne, je me suis retrouvée face à une classe d’étudiants pour donner un cours de français: cela m’est alors apparu évident que c’était un métier pour moi! J’aimais ce que je transmettais et le contact avec les élèves.

Qu'est-ce qui te motive dans ce travail?
Voir des enfants évoluer, progresser: c’est ça qui me plaît le plus. Voir que malgré les difficultés, la persévérance permet d’y arriver. J’aime aussi accompagner les élèves dans leur personnalité, les aider à trouver leur place au sein d’un groupe, leur apprendre à ne pas avoir peur de ce qui est différent. Je désire que chacun puisse être simplement qui il est, tout en apprenant à vivre avec les autres.

Comment vis-tu ta foi dans ton établissement?
Avec mes collègues, j’ai toujours assumé ma foi et j’en parle librement. J’ai la chance d’être acceptée ainsi. A mes élèves, j’essaie de transmettre un regard positif et valorisant sur eux-mêmes, pour leur permettre de se construire. C’est ma façon de transmettre ma foi.

Quels conseils donnerais-tu à nos lecteurs qui auraient envie de faire ce métier?
Nous avons une influence sur nos élèves. Ce que nous disons à un impact, soit positif, soit négatif. Il faut en être conscient lorsque l’on devient enseignant. Nos traits de caractère vont influencer notre manière d’enseigner. A mon sens, il est important d’apprendre à enseigner de manière pédagogique, mais tout aussi important d’apprendre à se connaître, de travailler sur notre caractère. Si par exemple je suis mal avec moi-même, cela aura une influence sur la vie de ma classe.

Propos recueillis par Christophe Gentizon

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°