Tu as l’esprit de compét?

image: Tu as l’esprit de  compét?
© Alliance Presse

«Tu as perdu? Pas grave, l’important c’est de participer». Si tu aimes gagner et qu’on te balance cette phrase, je suis sûr que tu sautes au plafond! Il faut l’admettre: avoir l’esprit de compétition comporte des côtés exceptionnels, mais ce n’est pas toujours facile à gérer. Quelques conseils pour t’y aider ou pour t’aider à accompagner tes potes s’ils sont «atteints» par ce symptôme…

Viser l’excellence, c’est bien!
Ton envie de gagner est positive, elle t’aide à te fixer des objectifs, à aller de l’avant et à trouver de la motivation. Cet apprentissage de la persévérance, cette volonté de viser l’excellence, pourra te servir dans toute ta vie. Alors n’écoute pas ceux qui ne comprennent pas l’esprit de compétition et qui disent que gagner ou perdre n’a pas d’importance. Toi tu l’as, profites-en!

Aie de bonnes motivations
Le risque serait de tout miser sur le sport pour compenser certaines choses: un manque affectif, un besoin d’estime ou de reconnaissance publique. Gagner ne va pas résoudre tes éventuels problèmes existentiels.

Perdre, ça arrive…
Même Maria Sharapova, Zlatan Ibrahimovic et Fernando Alonso connaissent parfois la défaite. L’échec fait partie de la vie. Alors tu dois apprendre à gérer ces frustrations, en te souvenant d’une chose: les valeurs telles que la persévérance, la volonté et le travail sont tout aussi importantes que le résultat. Et comme le dit le proverbe: «Tout ce qui ne tue pas rend plus fort». Roger Federer a appris la leçon, lui qui, au début de sa carrière, cassait ses raquettes en cas de défaite…

Les autres ne sont pas des glands…
Tout le monde n’a pas forcément le même talent que toi. Ne considère donc pas les perdants comme des ratés; il est en particulier important de garder une attitude humble et patiente avec tes coéquipiers lorsqu’ils te semblent responsables de la défaite de ton équipe ou qu’ils ne jouent pas avec la même rage de vaincre que toi.


Tu as parfois de bonnes excuses
La défaite n’est parfois pas de ta faute. Apprends à ne pas t’attribuer toute la responsabilité de tes échecs: une chaleur inhabituelle, une digestion difficile, un matériel mal ajusté ou d’autres causes extérieures peuvent parfois expliquer une contre-performance.

Tes parents doivent te comprendre
Qu’est-ce qui est pire? Des parents qui te mettent la pression pour que tu gagnes à tout prix ou des parents qui s’en fichent de tes résultats? Hum… Dans les deux cas, essaie de leur dire ce que tu ressens et comment tu voudrais qu’ils t’encouragent dans tes prestations sportives.


Trouve-toi un vis-à-vis
Pour t’aider dans ton développement sportif, tu as besoin d’un vis-à-vis, d’une sorte de coach qui te donne des conseils techniques et physiques, mais aussi qui t’aide à canaliser tes émotions et à progresser dans ton mental. Cela peut être ton entraîneur sportif, ton prof de sport à l’école ou éventuellement tes parents.

Entraîne-toi et deviens encore meilleur!
A l’adolescence, le corps change et tu devras t’y habituer. Cela impliquera peut-être des entraînements plus poussés. Mais c’est de toute manière tout bonus: car si tu désires vraiment percer dans le sport, tu seras obligé de t’entraîner comme une brute dès ton plus jeune âge et de faire des sacrifices. Si tu as ce désir, alors vas-y, fonce et essaie de réaliser tes rêves… en gardant à l’esprit les quelques sages vérités énoncées dans cet article!.

Par Jérémie Cavin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°