«J’ai perdu ma virginité et j'ai avorté, puis-je être pardonnée?» (Docteur Just)

image: «J’ai perdu ma virginité et j'ai avorté, puis-je être pardonnée?» (Docteur Just)
© Alliance Presse

«L'année dernière a été la plus horrible de toute ma vie, car je suis tombée enceinte et j’ai avorté. C'est comme un gros traumatisme dans ma tête; je le vis encore mal aujourd'hui et je le vivrai toujours aussi mal. J'étais une fille stupide, inconsciente et naïve. Dieu m'a-t-il pardonné pour ce terrible péché, même si avant de tomber enceinte je ne savais pas qu'il fallait garder sa virginité pour le mariage, et sachant aussi qu’avorter revient à tuer un être vivant?» Sophie

Ton témoignage est bouleversant, car peu de femmes ont le courage de parler d’avortement. Et pourtant, des milliers de jeunes femmes passent par là chaque année en Suisse et en France. Il n’y a pas de réponse facile à ta question et à ta situation, même si j’aimerais bien te dire: «C’est bon, tourne la page et continue ta vie comme si rien ne s’était passé». La question la plus importante est celle du pardon. Dieu va-t-il te pardonner ce péché? La réponse dépend de qui est Dieu pour toi: ton Père ou juste «Dieu»?
Il y a un seul moyen d’être pardonné par Dieu: se repentir de tout son cœur de ses péchés et accepter que Jésus a entièrement payé pour toi. Ce sont deux choses que tu as peut-être déjà faites un jour, quand tu as demandé pardon à Dieu pour tes péchés en devenant chrétienne. Si tu es dans ce cas de figure, alors tu es TOTALEMENT pardonnée, non seulement pour tes relations sexuelles hors-mariage, mais aussi pour ton avortement. Car si tu es chrétienne, Jésus a pleinement payé pour tous tes péchés. Dieu ne va donc plus te demander de rendre des comptes.
Par contre, si tu n’as jamais accepté Jésus-Christ et jamais fait de Dieu le maître de ta vie, tu n’es pas encore pardonnée. Mais tu peux l’être: il te suffit de reconnaître de tout ton cœur ta situation de péché et d’accepter que Jésus a tout payé pour toi.
Dans la vie de chaque jour, nous avons malgré tout besoin de demander régulièrement pardon à Dieu. C’est aussi le cas si on critique une amie, si l’on vole une pomme ou si l’on pirate un logiciel informatique! Ces demandes de pardon ne se font pas pour espérer obtenir quelque chose de plus de Dieu, mais juste pour se sentir libéré d’un poids. Et il va accorder son pardon à tous les coups, parce que, comme dit, Jésus a déjà payé.
Il est probable que, malgré tout, tu continues à te sentir parfois coupable. C’est normal. Juridiquement, tu es pardonnée par Dieu. Mais les choses que tu as vécues ne se cicatrisent pas en une journée. Le plus difficile est de te pardonner à toi-même. Certaines jeunes filles pensent être capables d’assumer seules l’avortement et ne demandent pas d’aide. D’autres se considèrent comme les uniques responsables de cet acte et se sentent impardonnables; elles refusent elles aussi de demander de l’aide. Tu dois comprendre que, certes, tu es responsable, mais que tu n’es pas seule responsable. Bien d'autres personnes, ton copain, ton entourage ont leur part, de même que ceux qui t'ont accompagnée vers l'avortement sans voir tes difficultés, ton ambivalence et ta naïveté
Je pense que pour arriver à mieux traverser ce processus, tu as besoin aussi de transparence avec des proches chrétiens auxquels tu fais confiance. Seule, ce sera difficile. Alors entoure-toi d’une Eglise, d’un groupe de jeunes, et choisis d’être vraie et franche avec des amis de confiance, voire même avec des personnes formées dans ce domaine.
Tu n’as pas besoin de te dire: «C’est foutu, j’ai fait de grosses bêtises, ça ne sert à plus rien de me donner de la peine». Au contraire, dis-toi: «Je veux repartir de zéro, avec cette certitude que tout est pardonné». Pour te pardonner, le chemin sera peut-être douloureux, mais il y a de l’espoir pour que cela ne te fasse pas mal toute ta vie. Il est donc important que tu te lances pour surmonter cette tragédie. Surtout, ne referme pas le couvercle, mais continue à avancer. Grandis aussi dans ton désir d’aimer et de servir ce Dieu, ce Père, qui fait tellement grâce et qui est si fidèle. Pas parce que tu te sens obligée, mais par amour pour lui. Nourris-toi de ta relation avec Dieu par la prière, par la lecture de la Bible, pour tourner peu à peu la page et te libérer de ta culpabilité. Et dans le domaine des relations sexuelles, choisis l’abstinence, pour autant que tu sois convaincue que c’est le bon choix. Dieu est le spécialiste pour transformer le mal en bien.

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°