Une nouvelle vue pour une nouvelle vie

image: Une nouvelle vue pour une nouvelle vie
© Alliance Presse

Un cv très complet!

En plus de sa passion pour le sport, Travis a obtenu un bachelor en administration des affaires. Durant ses années universitaires, il était également gestionnaire de l’équipement de son équipe de football. Il a continué ses études et décroché son master en théologie ainsi qu’un doctorat en philosophie. En plus de son travail de professeur dans une université, il dirige aujourd’hui la Fondation Freeman, dont le but est de rappeler aux personnes handicapées que leur handicap n’est pas synonyme d’incapacité.

A 12 ans, Travis Freeman était un adolescent comme les autres. Sa passion? Le football américain. D’ailleurs, il était l’un des héros de son équipe. Mais un événement a bouleversé sa vie. Pour le pire ou le meilleur? Son livre autobiographique «Lights Out: Living in a Dark World» a inspiré le film «23 Blast», sorti aux Etats-Unis le 24 octobre.

Travis a un parcours exceptionnel qui lui permet d’affirmer avec conviction: «Je veux que les gens sachent que le handicap n’est pas égal à l’incapacité». En effet, alors qu’il avait complètement perdu la vue, Travis est devenu, en 1994, le premier aveugle à jouer au football américain. Sa carrière s’est terminée à la fin de ses études après avoir gagné avec son équipe le championnat et joué quatre saisons complètes. Qui a dit qu’un aveugle ne pouvait pas jouer au football? Pour Travis, rien n’est impossible à celui qui croit. «Quand nous avons une foi forte, nous pouvons surmonter tous les obstacles», confie-t-il dans une interview accordée au Christian Post.

Sa foi, son pilier
Pourtant, il a fallu bien sûr accepter ce difficile handicap. Devenir aveugle à 12 ans, ça bouleverse la vie! Sa cécité est due à une maladie. Une opération l’a sauvé. Durant une année, Travis a réappris à voir et à marcher à l’aide d’une canne. Sa passion, il a dû la mettre de côté. Travis raconte qu’il aurait pu tomber en dépression et que sa relation avec Dieu aurait pu être compromise. Mais pour lui, Dieu n’était pas à blâmer. Travis croyait en un Dieu bon, qui a des plans pour sa vie: «Nous ne pouvons pas permettre à nos circonstances de définir ce que nous pensons de Dieu, mais nous pouvons permettre à Dieu de diriger notre vie». Dans l’épreuve, le soutien de sa famille, de ses amis et de ses entraîneurs lui a également permis de ne jamais déprimer.

Son message
Travis transmet aujourd’hui ce message fort: même si certaines circonstances de la vie nous amènent à croire que nous avons des limites, nous pouvons surmonter nos difficultés. Selon lui, «nous avons tous un handicap et des problèmes avec lesquels nous luttons et avec lesquels nous devons vivre». Mais en regardant au-delà de notre horizon immédiat, en se plongeant dans la Bible et en se confiant en Jésus, en gardant espoir en l’avenir, nous pouvons traverser ces difficultés. Pour Travis, une personne handicapée est tout aussi capable qu’une personne en bonne santé. Son histoire et sa vie en sont la preuve.

Dorianne Jeanneret

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°