Que la force soit avec toi!

image: Que la force soit avec toi!
© Alliance Presse

La sortie du septième épisode de Star Wars est très médiatisée. Il faut dire que ces films, en plus d’être spectaculaires, font passer un message passionnant. On peut faire des parallèles avec ce qu’enseigne la Bible

Quel est l’événement de cette fin d’année 2015 ? La sortie du Réveil de la force, septième épisode de Star Wars, risque bien d’éclipser la conférence sur le climat à Paris et l’élection d’un nouveau conseiller fédéral en Suisse :). Le film va cartonner, c’est sûr, et les fans ont des frissons d’émotion à l’idée d’être replongés dans cet univers qui a passionné des millions de terriens depuis 1977.

Un combat entre le bien et le mal
Une des forces du monde de la guerre des étoiles, c’est ce combat permanent entre le bien et le mal. Cette même trame a aussi contribué au succès du Seigneur des Anneaux. D’un côté, on a la « vraie » force, de l’autre le côté obscur. Les premiers, les « bons », cherchent le triomphe de la lumière, de la compassion, du service du prochain et du bien-être de l’univers. Les autres, les méchants, sont portés par la soif de pouvoir, le mensonge et la haine; ils sont séduits par tous les « atouts » que semble présenter le mal. Le film veut évidemment nous pousser à soutenir le bien, même si aujourd’hui c’est à la mode de se déguiser en Dark Vador :).

La force en soi ?
Dans la Bible, on retrouve un message semblable : dès le début du monde, on observe que l’humanité est composée de deux types de personnes, celles qui se confient en Dieu et les autres. Et toute l’histoire est finalement celle du peuple de Dieu, les « bons », qui cherchent d’une manière désintéressée à ce que le bien triomphe dans un monde qui rejette le créateur.
Il y a cependant des différences avec Star Wars. L’univers de la guerre des étoiles donne l’image d’un combat entre deux forces égales, tandis que la Bible nous montre un Dieu qui a déjà vaincu Satan. Autre différence : dans la guerre des étoiles, il suffit, pour être dans le camp des « gentils », de le vouloir, de chercher à aimer son prochain, de trouver en soi-même la force, de faire le vide pour que la puissance se manifeste ensuite. Or la Bible nous montre que seuls le pardon de Dieu et la confiance en Jésus-Christ permettent de transformer une personne, de la faire passer des ténèbres à la lumière. Et la « force » du chrétien, c’est le Saint-Esprit, qui lui donne une nouvelle nature et le pousse à pratiquer le bien.

Des êtres sans émotions ?
Dans l’univers de Star Wars, une bonne part de volonté permet aux Jedis de contrôler leurs émotions pour qu’elles soient canalisées en direction du bien et non du mal. La Bible invite aussi les chrétiens à cet effort permanent pour que l’amour l’emporte sur la haine, la joie sur la colère, la confiance sur la peur. Elle parle également de ce combat intérieur qui peut exister dans chaque individu, de ces tiraillements entre un chemin vers la lumière et un autre vers la mort. Elle montre, comme Star Wars, que l’orgueil, la colère, la haine et la recherche du pouvoir peuvent conduire des hommes à faire des choix absurdes et dramatiques pour l’humanité, conduire finalement au triomphe du mal.
Mais on perçoit une nuance. La vision de Star Wars est plutôt « orientale », « bouddhiste », comme si l’homme devait mettre à mort toutes ses émotions pour s’élever vers la perfection. Mais d’un point de vue chrétien, les émotions que ressent par exemple Anakin ne sont pas mauvaises en soi : la passion pour Padmé, la tristesse d’avoir perdu sa mère, l’attachement aux autres, etc. Un chrétien n’est pas appelé à devenir un être sans émotions, comme certains Jedis, mais une personne qui demande à Dieu de l’aider à devenir meilleur et qui confie à Dieu ses peurs, ses craintes et sa colère.

Que la force soit avec toi  !
Une phrase revient souvent dans Star Wars : « Que la force soit avec toi ». Cela fait clairement penser à cette exhortation chrétienne très courante : « Que Dieu soit avec toi ». Le chrétien, lui, ne s’appuie pas sur une force impersonnelle, indéfinissable, mais sur un Dieu vivant, unique et souverain. Il a l’assurance que ce Dieu est à ses côtés pour lutter contre le mal qui est en lui et autour de lui. La certitude aussi que ce Dieu a déjà vaincu le mal à la croix, qu’il jugera un jour définitivement le « côté obscur » pour donner la vie éternelle à ceux qui croient en lui et font le bien.

Jérémie Cavin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°