Suis-je accro au shopping?

image: Suis-je accro au shopping?
© Alliance Presse

Rien de mal à faire du shopping. Mais certaines personnes cèdent systématiquement à la «fièvre acheteuse». Une sorte de maladie, dont on peut heureusement guérir!

Quoi de mal à se faire plaisir en achetant quelque chose de nécessaire? Nous avons tous besoin de jeans, d’un sac à main ou d’une casquette, de la nouvelle jupe crayon super tendance qui doit aller avec les talons achetés la semaine dernière… Pourtant, ce besoin de faire du shopping va trop loin quand il devient une pulsion acheteuse. Aujourd’hui, toujours plus de personnes sont atteintes de ce «trouble émotionnel», qui fait d’elles des accros au shopping. Alors comment savoir si ma consommation est raisonnable ou maladive? Trois indices aident à déceler la fièvre acheteuse.

Premier symptôme: une envie maladive
La fièvre acheteuse, c’est céder à l’envie d’acheter chaque fois qu’elle se présente, même quand on sait qu’on n’a pas besoin du produit en question. Par exemple, tu as huit paires de chaussures neuves dans ton placard, mais comme tu aimes bien ce que tu vois dans la vitrine, tu entres dans le magasin et repars avec une neuvième paire. Tu sais pourtant très bien que tu n’aurais pas dû te permettre cet achat.
Pas très grave? Pour certaines personnes, ça peut devenir une maladie, que les spécialistes appellent l’oniomanie. Les oniomanes sont atteints quotidiennement de pulsions acheteuses. En gros, ils ont une relation pathologique à l’argent et ne peuvent pas se maîtriser dans leurs achats.

Deuxième symptôme: le secret
Les «accros au shopping» s’isolent dans le mensonge, en cachant leurs achats à leurs proches ou en mentant sur leur provenance. A terme, c’est dangereux pour leur situation financière, mais aussi pour leur vie personnelle. D’ailleurs, ils font toujours les magasins seuls.

Troisième symptôme: la honte
Comme dans toute addiction, on a honte d’avoir cédé à une pulsion. A nouveau, les accros au shopping s’isolent, cette fois dans le regret et la culpabilité, car ils sont en réalité très malheureux de leur situation. Certains doivent même suivre des traitements pour dépression et voir un thérapeute. Ce comportement est souvent le signe d’un manque d’estime de soi, d’une carence affective ou d’anxiété.

C’est quoi la solution?
Si tu as remarqué que tes sorties shopping virent souvent au découvert et autres débordements, tu peux essayer quatre astuces.
- Ne faire du shopping qu’avec de l’argent liquide. Laisser la carte bancaire ou le chéquier à la maison, c’est une bonne solution pour ne pas dépasser le budget.
- Ecrire une liste des choses dont tu as besoin. Un peu comme quand tu fais les courses alimentaires. Attention au gaspillage! Concentre-toi sur l’essentiel et, si tu le peux, offre-toi un petit «extra» quand tu as terminé.
- Va en virée shopping avec tes amis. Ils sont les mieux placés pour nous dire ce qui nous va. En plus, on a tous un proche pour nous faire remarquer qu’on a déjà beaucoup dépensé.
- Rappelle-toi que tu n’as pas besoin d’acheter pour exister. Tu es déjà une personne de qualité!

Gaëlle Monayron

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°