Pierrick a gravi le plus haut sommet suisse, pour l’école!

image: Pierrick a gravi le plus haut sommet suisse, pour l’école!
© Alliance Presse

4634 mètres: c’est l’altitude du sommet que Pierrick a gravi avec deux amis, alors qu’ils n’avaient jamais fait de haute montagne. Et tout ça pour l’école! Il raconte son expérience sportive

Le défi
Pierrick est un sportif-né et un footballeur talenteux. Alors quand il a dû, pour l’école, choisir un thème pour son travail de maturité (un passage obligé pour les gymnasiens-collégiens-lycéens suisses), il a évidemment voulu le faire en sport. Le thème étant «Je me lance un défi et je l’illustre», il a décidé, avec deux amis, de relever un défi un peu fou: gravir la Pointe Dufour, à 4634 mètres d’altitude. Le tout en filmant leur marche pour réaliser une vidéo…

Le sommet et le symbole
Plus haut sommet suisse, deuxième plus haut des Alpes, la Pointe Dufour n’est pas une marche de petit joueur! Surtout quand on n’a jamais fait de haute montagne… Mais Pierrick, Alexis et Romain trouvaient symboliquement très fort d’atteindre le toit de la Suisse.

Les entraînements
On ne marche jusqu’à la Pointe Dufour comme on se rendrait à la plage du coin depuis notre camping… «Nous avons dû faire trois entraînements pour cibler les difficultés auxquelles nous serions confrontées plus tard», explique Pierrick. Toujours plus haut et toujours plus long! Le tout avec un guide, bien entendu. «Cela nous a permis de faire les bons réglages du sac pour ne pas avoir trop mal au dos, de gérer les cloques, de trouver quelques trucs pour l’alimentation, etc. Sans entraînements, nous n’aurions pas réussi notre défi». Et il fallait aussi travailler l’endurance, s’habituer à l’altitude et apprendre à marcher sur un glacier avec des crampons et en étant encordés!

Le jour J
Première étape, monter à la cabane. Jusque-là, c’est allé. Le lendemain, c’était une autre histoire. Réveil à 2h (du matin, bien sûr)! Mais Pierrick et ses amis étaient tellement motivés et excités qu’ils n’ont d’abord pas ressenti la fatigue… Les premières heures, ils ont marché dans la nuit, évidemment. Et, après 7 heures passées à mettre un pied devant l’autre, les voilà enfin au sommet. Il a fallu ensuite redescendre. Total de la journée: presque 13 heures de marche! Trop épuisés pour rentrer, ils ont dormi une nuit supplémentaire à la cabane.

Les difficultés
Se lever, monter, voir le panorama en haut, redescendre: ça, c’est la version courte! En réalité, Pierrick n’a pas fait le malin… «Au foot, j’utilise surtout les fibres rapides de mes muscles. Là, il fallait utiliser mes fibres lentes. Alors après cinq heures de marche, j’avais l’impression d’avoir épuisé toutes mes ressources!». Les trois amis ont aussi beaucoup ressenti le mal d’altitude. L’un d’eux a d’ailleurs vomi plusieurs fois. «Et il faisait terriblement froid! Quand on s’arrêtait, on avait l’impression que nos doigts allaient geler». Il y a aussi eu une ultime épreuve: juste avant le sommet, une arête raide et technique, à laquelle Pierrick ne s’attendait pas… En arrivant en haut, ils n’avaient qu’une envie: faire une sieste!

--PAGE--

Le mental
«Un exploit pareil, c’est surtout dans le mental! Dans tous les sports, d’ailleurs, le mental est un facteur important. Par exemple, l’envie et la rage de vaincre ont un grand impact sur la vitesse». Pierrick a beaucoup été aidé par la présence de ses deux amis: «On s’est beaucoup encouragés les uns les autres. Cette marche a fortifié nos relations!»

La beauté de la création
«Voir cette nature magnifique, c’est génial!». Pierrick a été émerveillé de la création divine. «En plus, on se sent tout petit face à cette immensité. Je trouve aussi que cette marche était une belle métaphore de ce qu’est la vie chrétienne: un chemin avec des hauts et des bas, pour lequel on a besoin d’encouragements.»

Les récompenses
«Quand on arrive en bas et qu’on a réussi un tel exploit, on se sent tellement heureux et fier!». Pierrick ne recommencerait peut-être pas demain, mais les souvenirs de cette expérience sont marqués profondément en lui. Et aussi dans le journal, d’ailleurs! Le Journal de Morges, le quotidien de sa région, a fait la Une sur cet exploit sportif. Et les profs ont beaucoup apprécié non seulement le défi, mais aussi le montage vidéo, qui est très réussi. La note? Un truc genre 96 sur 100…

Juste pour toi!
«J’encourage chacun à aller au-delà de ses limites. On découvre ainsi qu’on n’est pas fait de verre et que l’on peut se surpasser. Cela nous aide à vivre, à oser faire des choses!».

Jérémie Cavin

Clique ici et découvre la vidéo fabuleuse de cet exploit

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°