«Se marier, c’est un pas de foi»

image: «Se marier, c’est un pas de foi»
© Alliance Presse

Manu et Solenn ont une particularité: ils se sont mariés à respectivement 20 et 21 ans. Ça ne veut pas dire que tu dois forcément faire comme eux. Mais se marier jeune n’est pas impossible…

Solenn l’affirme avec une touche de fierté: «Manu est mon premier chéri». Ils se sont mariés en se promettant fidélité et amour, mais aussi respect, écoute et tendresse. Leurs promesses ont été entendues par de nombreuses personnes dans une petite église. Avant le grand jour, ils se sont fréquentés pendant plus de trois ans.

Trop jeunes pour se marier?
Manu n’a que 20 ans, Solenn 21 ans. Ils n’ont pas encore terminé leurs études. Ne sont-ils pas trop jeunes pour s’engager à vie l’un envers l’autre? La question leur a été posée maintes fois. Les non-chrétiens se sont étonnés de les voir se marier sans d’abord habiter ensemble. D’autres ont exprimé leurs doutes quant à la sagesse de ne pas attendre la fin des études. «Nous avons toujours répondu que c’était la volonté de Dieu, avec cependant beaucoup de questionnements et de prières», témoigne Manu. Solenn ajoute: «A ceux qui mettaient en doute que ce soit le bon moment, je demandais toujours: “Mais alors, c’est quand le bon moment?” Surtout quand on a décidé d’obéir à Dieu et de ne pas coucher ensemble tant qu’on n’est pas marié...»

Et les finances?
Des amis chrétiens ont reproché aux amoureux de manquer d’argent pour vivre à deux. Mais Solenn et Manu ont fait leurs calculs, estimant que le mariage selon Dieu impliquait une vraie séparation par rapport au foyer parental. Leur approche a été aussi réaliste que possible: allocations, bourses d’études, petits boulots, tout a été comptabilisé dans un tableau. «Quand nous avons décidé de nous marier, nous savions que nous pourrions nous en sortir financièrement», explique Manu. Solenn renchérit: «Mais se marier, c’est aussi un pas de foi.»

Une réponse à leurs prières
Le jour J a été marqué par la place accordée à Dieu, avec des lectures bibliques, des prières et le témoignage public de leur attachement à Jésus-Christ. «Nous désirions profiter de la présence d’autant de monde pour partager notre foi, y compris avec les non-chrétiens», explique Solenn.
Dans ses promesses, Solenn a déclaré à Manu: «Tu es la réponse à mes prières». En effet, elle a beaucoup prié pour son futur mari avant de le connaître; prié aussi qu’il soit son meilleur ami et un soutien spirituel. Quant à Manu, il a affirmé son désir que Dieu le rende comme Jésus. Pour les deux, Dieu doit être présent tous les jours de leur vie commune. Ils ne sont pas parfaits. Mais en imitant Jésus, ils espèrent être le meilleur conjoint possible l’un pour l’autre.
Manu est réaliste quant à ses faiblesses: «Nous n’avons pas un master en “couplologie”. Mais par la force de Dieu, nous pouvons montrer son amour et ce qu’il est capable de faire dans une vie, avec la persévérance et le pardon.»

Par Jonathan Hanley

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°