5 étapes pour améliorer tes relations

image: 5 étapes pour améliorer tes relations
© Alliance Presse

« Salut, tu vas bien ? Oui et toi, merci. Beau temps, hein ? ». Si tes discussions ne dépassent pas ce stade, tu auras du mal à créer des amitiés solides. Gary Chapman explique qu’il faut atteindre cinq niveaux de communication pour des contacts profonds avec tes potes.

1. La conversation de couloir : « Très bien. Et vous ? »
Il s’agit des échanges « bateau » qu’on a quand on se croise. La pluie et le beau temps, deux ou trois infos vagues sur la journée qu’on a passée et les projets de notre week-end : « Ce niveau de communication est creux », explique Gary Chapman. Et souvent, c’est un peu hypocrite : quand on répond « Je vais bien, et toi ? », alors qu’on a plein de problèmes, on ne fait rien pour développer une vraie amitié. C’est bien quand on croise des « inconnus », des voisins ou des profs, mais pas suffisant avec les proches.

2. Le discours du journaliste : « Les faits, rien que les faits »
Il y a des gens qui, quand ils ont une « vraie » discussion, se contentent de dire ce qui s’est passé, sans y mettre aucune émotion, ni dire ce qu’ils ressentent. Genre tu rentres de vacances et tu racontes à tes copains : « J’ai fait un camp avec 300 jeunes. Il faisait beau. On a skié sur de la bonne neige ». C’est bien de raconter ça, parce que tu as besoin de connaître les faits pour connaître tes amis. Mais il faut aller plus loin !

3. Le discours intellectuel : « Tu sais ce que je pense ? »
Si tu discutes avec un ami et que vous vous racontez des faits, essaie d’aller au niveau 3 en posant des questions : « Tu en penses quoi de l’idée de faire des camps de ski chrétiens ? ». Prends l’habitude de donner aussi ton avis à tes amis : dis ce que tu penses de la mode vestimentaire, des sorties cinéma ou jeux vidéos, des récents faits d’actualité, du cours de maths, etc. En général, on le fait naturellement, mais apprends à parler ainsi à ceux que tu connais moins bien. C’est comme ça que tu crées des amitiés plus proches. Le défi est aussi de respecter ceux qui pensent autrement… et de ne pas se vexer si certains amis ont un autre avis que le tien.

4. Le discours émotionnel : « Je vais te dire ce que je ressens »
A ce niveau, on prend encore plus le risque d’être en désaccord, parce qu’on partage nos émotions : « Je me sens triste, blessé, heureux, en colère à propos de telle situation, telle personne, etc. ». Dans une amitié, il est aussi important de partager ses émotions sur la façon dont on vit la relation : « Je n’ai pas compris pourquoi tu m’as critiqué par-derrière, ça m’a fait de la peine ». C’est comme ça que la solidité de la relation est testée et qu’elle peut prendre encore de la profondeur. Le risque de « clash » est encore plus grand, mais c’est nécessaire d’arriver à ce palier avec certains de nos amis.

5. Le discours de la vérité : « Soyons honnêtes »
A ce stade, on est parfaitement transparent l’un avec l’autre. On est prêt à dire tout ce qu’on a sur le cœur sans craindre la réaction de l’autre. Si tu arrives à une communication de cette qualité avec des gens, c’est que ce sont de vrais amis ! Tu as compris le principe : pour nouer des relations solides, le défi est de passer ces 5 paliers. 

Jérémie Cavin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°