Agir en groupe à l’étranger… un défi pour toi et tes potes?

image: Agir en groupe à l’étranger…  un défi pour toi et tes potes?
© DR

Toi et ton groupe de jeunes cherchez un beau défi? Pourquoi ne pas vous embarquer dans un projet humanitaire à l’étranger? Dans le Jura suisse, 25 motivés l’ont fait et sont partis dix jours en Moldavie.

La Moldavie, c’est un pays de 3,5 millions d’habitants situé entre la Roumanie et l’Ukraine. Mais c’est aussi l’Etat le plus pauvre d’Europe. C’est là, dans la ville de Sarata-Galbena, qu’un groupe de jeunes chrétiens âgés entre 14 et 23 ans a décidé d’agir. Une expérience qui restera gravée dans la mémoire et le cœur d’Aurélie, 17 ans: «J’ai vraiment été touchée de voir la pauvreté dans laquelle les gens vivent. Et ils sont heureux avec ce qu’ils ont tandis que nous, nous voulons toujours plus.»

Durant dix jours, les participants ont retroussé leurs manches pour rénover des maisons, démolir d’anciennes constructions et monter deux places de jeux pour les enfants. Ils ont aussi récolté des habits et de l’argent pour pouvoir les offrir à un centre chrétien très actif à Sarata-Galbena avec son home, son école, sa structure d’accueil pour personnes handicapées et sa boulangerie. Ils ont aussi visité des familles et passé du temps avec les jeunes de l’église locale.

Ce voyage a été préparé longtemps à l’avance. «Nous avons l’habitude de faire des week-ends de groupe de jeunes, mais nous avions envie de faire une fois un projet d’une autre dimension», expliquent Lise (26 ans) et Ysaline (21 ans), deux des responsables du groupe Des-gens-T. «Un projet concret et utile à l’étranger», précisent-elles.

A voir leurs yeux pétillants, Aurélie, Lise, Ysaline et les autres ont vécu une expérience enrichissante et inoubliable. «On était parti pour donner, mais je ne sais pas qui a le plus reçu tellement ces gens nous ont bien accueillis. Ils ont un cœur énorme!»

Cinq bénéfices d’un tel voyage
1. Cela créé une dynamique incroyable au groupe de jeunes, cela resserre les liens, nourrit les amitiés.
2. Cela permet de voir une autre réalité et une autre culture que les siennes.
3. C’est une occasion de permettre à sa foi de grandir.
4. Cela permet de voir, si l’on rencontre des chrétiens, que nous partageons une foi en le même Dieu.
5. Cela peut susciter des vocations dans l’humanitaire ou le travail missionnaire.


Trois conseils pour un projet réussi:

1. Prier et faire confiance à Dieu
Responsables du groupe de jeunes et participants ont prié pour ce projet durant des mois. D'autres personnes ont aussi beaucoup prié pour eux. Enfin, ils ont créé des groupes WhatsApp pour partager des sujets de prières et de reconnaissance. «Ce projet a été un pas de foi de A à Z. Mais nous avons été bénis de A à Z!», assure Ysaline, une des responsables.

2. Bien s’entourer
Pour vraiment pouvoir réaliser du travail utile sur place, pour connaître le contexte local et pour avoir un paquet d’infos indispensables, il faut des aides. Le groupe de jeunes qui s’est rendu en Moldavie a par exemple mené son projet en partenariat avec l’Action pour les chrétiens persécutés et les personnes dans la détresse (ACP). Une des responsables a même eu l’occasion d’aller sur place quelques mois avant pour prendre la température.

3. Une bonne organisation et préparation
Partir en groupe à des milliers de kilomètres avec des participants de 14 à 23 ans, cela ne s’improvise pas. Les responsables du groupe de jeunes avaient mis le sujet sur la table près d’une année et demie avant leur départ. Car il a fallu monter le projet, le présenter, récolter des fonds et s’occuper de la paperasse.

Par Michael Bassin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°