Ce que tu as toujours voulu dire à ton prof

image: Ce que tu as toujours voulu dire à ton prof
© Alliance Presse

Je veux exister sur le chemin de ta vie

A toi mon élève, à celle et à celui qui passes de longues heures à m’écouter (ou à faire semblant), à toi qui me fixes ou évites mon regard, à toi que j’ai blessé plus d’une fois, à toi qui rames pour obtenir de meilleures notes, à toi que j’aimerais mieux rejoindre.

J’aimerais parfois pouvoir me plonger dans tes pensées et savoir ce que tu vois de moi, le prof. Tu dois souvent t’interroger avec tes camarades pour savoir si «le prof» a une vie en dehors de ses corrections et ses préparations de cours. Sait-il aimer? Comment est-il «dans la vie normale»? Je le sais, nous faisons partie d’une espèce à part.

Nos manières de nous habiller, nos menus, nos blagues à deux sous, nos ironies, nos colères, nos accents, nos manies: cela fait des années que tu les analyses, en parfait décodeur de profs! En quelques leçons, «radio-couloir» nous a classés: il y a le fonctionnaire, le cruel, le gentil animateur, le décalé vivant sur sa planète, la séductrice, l’élégant, le puits de science, le savant fou, l’ennuyeux, le surexcité, le bon papa, le distant, l’éternel bronzé, le tourmenté.

Derrière ces étiquettes et ces rôles, chaque «prof» cache un être fait de chair, d’os et parfois de passions!
• Un prof qui, parfois tendu ou irrité, doit se ressaisir au moment de pénétrer dans la cage aux lions…
• Un prof aux nuits parfois bien courtes, passées à corriger des tas de copies, en tentant de rester juste et objectif…
• Un prof qui, voyant la déception ou la colère sur le visage d’un élève au moment de la mauvaise note, souffre de ne pas pouvoir plus…
• Un prof qui jongle entre encouragements, enthousiasme et discipline…
• Un prof conscient des folles rumeurs ou des bruits de couloir à son sujet: il se sait observé, imité et classé dans la catégorie des bons ou des mauvais profs…
• Un prof habité et passionné par ce qu’il enseigne, mais qui peine à t’embarquer dans son voyage et sa passion…

Comme tu le sais, nous sommes loin d’être parfaits: nos tentatives d’humour tombent parfois dans un océan de consternation, nos envolées passionnées sur un poème d’Apollinaire ou sur un problème d’algèbre suscitent en toi un mélange d’inquiétude et de compassion…

Alors je voulais et devais te le dire: ce métier, nous l’avons choisi et nous l’aimons! Notre moteur, ce sont nos élèves. Nous, les profs, partageons ce rêve un peu fou: t’entraîner plus loin sur le chemin de la connaissance, te rendre un peu plus critique sur ce qui t’entoure, contribuer à cette «culture générale» si utile dans la vie. Par-dessus tout, nous avons envie d’avoir existé un jour sur le chemin de ta vie!

Un jour, j’ai reçu ce mot dans ma boîte aux lettres: «Cher Monsieur, je tenais à m’excuser d’être partie des promotions sans vous saluer. Alors je me permets de vous écrire pour vous dire que j’ai énormément apprécié votre disponibilité, vos qualités d’enseignant et votre grande patience. Si un jour j’ai la chance de devenir professeur, je m’inspirerai de votre exemple». J’ai senti une larme au coin de mes yeux de prof et j’ai pensé que Celui qui a changé ma vie touche, à travers cette vie, celles de mes élèves!

Luc Zbinden, prof au gymnase

Les relations entre profs et élèves sont parfois compliquées, voire très tendues. Mais grâce à Just4U, cela devrait changer! Un prof te dit ses quatre vérités, à toi l’élève. Et un élève, en ton nom, écrit aux profs ce que tu as toujours voulu leur dire

J’aimerais avoir une vie en dehors de l’école

Dire mes quatre vérités à un prof, pourquoi pas? Devant ma feuille blanche, je réalise que l'exercice n'est pourtant pas si facile. Les profs, vous ne vous valez pas tous, vous êtes différents les uns des autres.

J'ai donc choisi de m'adresser non pas au meilleur de mes profs (il n’y en a pas eu beaucoup comme lui) mais plutôt au prof moyen. Je suis sûr que vous vous reconnaîtrez!

Pour être franc, je me demande parfois si vous avez été à l'école en tant qu'élève. Quand je vois la tonne de devoirs que vous nous imposez du jour au lendemain, visiblement sans vous concerter entre profs, je me dis que vous ne devez pas vous souvenir de l’impression que ça nous fait.
Je ne dis pas que l'école, ce n'est pas intéressant. Je peux même dire que je ne fais pas partie des cancres de la classe, ceux qui s'amusent parce qu’ils ne sont pas intéressés à bosser leurs maths. Mais tout de même, j'aimerais bien vous rappeler que j'ai (ou que j'aimerais) avoir une vie en dehors de l'école et des devoirs. Parce que certains jours, même des semaines entières, voici mon programme: je me lève, je vais à l'école, je rentre, je bosse et je vais me coucher. Pas le temps pour autre chose.
Je trouve même cela injuste, parce que les délais que vous nous imposez pour les devoirs ou pour préparer un test, n'ont rien à voir avec le temps que vous prenez pour corriger ces mêmes tests. Comment expliquez-vous cette différence? Ce serait cool si nous étions tous au même régime!

A part ça, il y a des jours où je me demande si vous vous souvenez que vous avez des élèves en face de vous. Il arrive que vous racontiez votre cours sans prendre le temps de tout expliquer. A croire que nous ne sommes pas importants. Pourtant, je me souviens d'un prof qui était sympa avec nous, qui s'inquiétait de savoir si on avait compris ce qu'il nous expliquait, qui nous demandait notre avis.

La preuve que c’est possible d'être sympa! D'ailleurs, je suis sûr que si vous vous intéressez plus à nous, nous nous intéresserons aussi plus à vous et à la matière enseignée. Et du coup, les cours pourraient être plus sympas pour tout le monde.

Florent, 16 ans

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°