Déçue par une amie

image: Déçue par une amie
© Alliance Presse

Qui n’a jamais été déçu par un ami ou une amie? Il n’y a pas de miracle: ça fait mal! Mais il est possible de ne pas se laisser totalement décourager par ces déceptions. Peut-être en commençant par nous rappeler que les autres ne sont pas parfaits…

Valérie est en retard pour le cours de hip hop. Elle rentre dans le vestiaire et entend sa copine Michelle discuter avec Fanny. «J’ai un peu de la peine avec Val ces temps-ci». Son cœur s’arrête de battre. «Elle a toujours envie d’en faire des tonnes au cours, mais franchement, elle ne s’en sort pas si bien». Val sent sa gorge se serrer. Blessée, déçue. Elle n’aurait jamais pensé ça de Michelle.
La déception est probablement l’un des sentiments les plus douloureux que l’on puisse ressentir. Et à juste titre: on ne peut être déçu que par quelqu’un à qui l’on tient. Lorsque cette personne fait ou dit quelque chose qui nous blesse, on se sent trahi. Pourquoi la déception est-elle si dure? Comment la gérer? Et peut-on l’éviter?

Pourquoi est-ce si douloureux?
Nous sommes déçus par quelqu’un quand il n’est pas à la hauteur de nos attentes, surtout si nous sommes du genre fidèles. Alors c’est un sacré coup quand nous espérions du respect, de la fidélité et de l’intérêt, et que nous recevons autre chose en retour. Pas facile d’encaisser un coup vache de notre meilleure amie ou de devoir toujours prendre les initiatives pour organiser quelque chose avec des amis qui, apparemment, n’ont pas l’air d’en avoir grand-chose à faire... Toutes sortes de questions nous assaillent alors: ai-je fait quelque chose de mal que l’autre me fait payer? Où en est notre amitié? En plus de la déception, nous avons donc un sentiment d’insécurité, qui rend les choses encore plus dures. Nous avons l’impression que l’amitié est mise en péril et nous doutons souvent aussi de nous-mêmes.

Comment gérer?
«C’est arrivé il y a quelques années. Un jour, j’ai appris que ma copine Naomi m’avait critiquée. C’était très dur. Je lui ai dit que j’étais au courant, elle était très mal à l’aise», raconte Oriane, 21 ans. «J’avais le choix: lui faire la tête ou lui pardonner. Cela m’a pris quelques jours, mais j’ai décidé de laisser couler. Notre amitié devait surmonter cela». Notre priorité devrait être de gérer notre propre ressenti: ne pas laisser la colère, l’insécurité et la déception s’installer dans notre cœur. Cela nous «ronge» de l’intérieur. Plus vite nous nous en débarrasserons, mieux ce sera. Nous pouvons donner ces sentiments à Dieu et lui demander de guérir notre cœur s’il a été blessé.
--PAGE--
Dans un deuxième temps, nous pouvons gérer la relation elle-même. Devrions-nous en parler avec notre ami? N’oublions pas une chose importante: il peut y avoir un décalage entre notre ressenti et la perception de l’autre. Prenons du recul et agissons non pas en fonction de nos émotions –c’est pour cela que c’est bon de nous débarrasser de celles qui sont négatives d’abord– mais avec sagesse et assurance.

Comment éviter la déception?
La bonne nouvelle, c’est que nous avons les moyens d’être moins déçus. Le niveau de déception dépend beaucoup du niveau de nos attentes. Bien entendu, il y a des attentes qu’il est normal d’avoir dans le domaine de l’amitié: du respect, un minimum de réciprocité. Mais nous pouvons aussi apprendre à avoir des attentes plus réalistes. Nos amis ne sont pas parfaits. Ils seront maladroits, égoïstes parfois, et peuvent donc nous décevoir. Apprenons à pardonner: plus nous «laisserons couler», en particulier sur ce qui n’est pas essentiel, moins nous serons déçus.
Exemple: si notre copine ne prend jamais l’initiative de nous appeler, mais qu’en dehors de cela, elle est super, ce n’est pas si grave. Apprenons à voir les autres marques d’amitié qu’elle nous manifeste. Autre exemple: notre pote a parlé de nous à une autre copine. En toute franchise: est-ce que cela ne nous arrive jamais? S’il n’y a rien de vraiment grave entre nous et nos amis, nous pouvons laisser couler. Si une explication doit avoir lieu, faisons-le sans dramatiser.
Il n’est pas possible d’éviter entièrement la déception. Nos amitiés comptent pour nous. Mais avec un peu de recul, beaucoup de grâce et Dieu qui prend soin de nos émotions, la déception pourra être gérée bien plus rapidement.

Natacha Horton

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°