«J'ai parlé de ma foi, j'ai tenu bon et je n'ai pas été cru»

image: «J'ai parlé de ma foi, j'ai tenu bon et je n'ai pas été cru»
© Alliance Presse

Pendant tout son lycée, Nathanaël, aujourd’hui 18 ans, a choisi de ne pas cacher ses convictions chrétiennes. Il parle de la manière dont il l’a vécu et des réactions de ses camarades.

Mes années de lycée (collège ou gymnase, à toi de voir :)) furent une belle et dure aventure. Belle pour les petites victoires que j’ai obtenues avec l’aide de mon Papa céleste, dure pour toutes ces luttes répétitives et blessantes que j’ai dû affronter. Mais je m’en suis sorti et je crois que je peux en être fier.

«Ils se moquaient, mais me respectaient»
Tout a commencé en Seconde, où je me suis tout de suite affirmé comme chrétien, et donc «différent». Mes camarades ont vite compris que je n’étais pas quelqu’un de «normal». Aujourd’hui, je suis certain que c’est l’une des plus belles décisions de ma vie. En faisant cela, j’admettais être quelqu’un défendant des valeurs comme la pureté, l’amour et le respect.
Cette année s’est passée plutôt tranquillement: mes copains me provoquaient parfois, mais la plaisanterie l’emportait à chaque fois. Je voulais avoir le meilleur témoignage possible, sans obligatoirement parler de la Bible à mes amis. Je pensais que le meilleur moyen d’évangéliser, c’était d’abord de le montrer par les actes.

«J’en avais marre, mais j’ai tenu bon»
Ma classe de Première, l’année suivante, fut la plus difficile. Mes camarades n’étaient pas les mêmes. J’avais tout de suite mis les choses au point, mais les relations étaient tendues: ceux avec qui je passais mon temps étaient moqueurs, et cela me retombait souvent dessus. Je leur répondais par le silence, en tout cas jamais de la même manière qu’eux, c’est-à-dire méchamment. Mon objectif était de rester moi-même, et si parfois j’en avais marre, je ne m’énervais pas, car c’était ce qu’ils voulaient: me pousser à bout. Mais j’ai tenu bon. Au fil de l’année, les choses se sont calmées. Ils ont ainsi fini par se rendre compte que ce qu’ils disaient me blessait, et ils ont arrêté.

Trop de préjugés sur Dieu
Ma Terminale (dernière année) s’est donc beaucoup mieux passée, mes amis m’ont même parfois posé des questions sur Dieu et la vie du chrétien. Mais ils avaient trop de préjugés sur ce qu’est un chrétien et trop d’ignorance sur la relation que l’on peut avoir avec Dieu; alors ils n’ont pas vraiment changé dans leurs convictions. Mais vis-à-vis de moi, ils ont totalement changé, c’était fabuleux. Et cela, grâce à Dieu.

Des hauts et des bas
Je sais que j’ai fait mon boulot. J’ai tenu ferme dans ma foi et me suis appliqué à rester moi-même dans chaque situation, malgré les complications. Mes copains n’ont jamais compris pourquoi je ne sortais avec aucune fille, pourquoi je n’ai jamais voulu fumer et pourquoi je n’aimais pas aller à leurs fêtes ou en boîte. Mais ils ont fini par respecter mes choix et mes principes, et même parfois les admirer.
J’avoue qu’il y a eu des tentations. Parfois j’ai douté. Mais le fait d’avoir affirmé par mes actes, au début de chaque année, que j’étais chrétien, m’a permis de tenir bon, avec l’aide de Dieu. Je te conseille de faire la même chose!

Ce qui a été dit n’est pas perdu!
Ce que j’espère aujourd’hui, c’est que chacun d’eux se souviendra du témoignage que j’ai laissé, et que même si cela prend des années ou des décennies, ils seront un jour touchés par Dieu. J’espère que le jour où ils se poseront des questions sur le sens de la vie, ils me recontacteront et en parleront avec moi, ou avec quelqu’un d’autre, sachant que j’aurai déjà tracé un début de voie.

Nathanaël Saehr

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°