Ma mère-poule me saoûle!

image: Ma mère-poule me saoûle!
© Alliance Presse

Maman-enfant, des liens forts!

Ta mère t’a mis au monde ou t’a adopté. Il y a donc un lien très fort entre toi et elle, un lien qui reste toute la vie. Pour elle, il est difficile de te voir grandir et de savoir qu’un jour tu quitteras le foyer. N’oublie pas que tu lui dois beaucoup. Un des Dix commandements bibliques demande d’ailleurs d’honorer ton père et ta mère. Tout un programme!

Ah, ces mamans… «Tu as fais quoi, hier soir? Tu avais un peu une drôle d’haleine…». «N’oublie pas de mettre un pull et de prendre ton parapluie!». «Tu sais, je ne suis pas sûre que ce garçon soit vraiment le bon pour toi». «Es-tu prêt pour ton examen de demain? Il me semble que tu as davantage joué à tes jeux violents que tu n’as révisé tes leçons…». Cela te rappelle quelque chose?

Les mamans ont le chic pour nous faire des remarques agaçantes du type mère-poule. Tu te dis peut-être: «Ne peut-elle donc pas me lâcher un peu?». Si ça te saoûle, rassure-toi: c’est quelque chose de très courant. Demande à tes copains! Mais soyons honnêtes: ne vaut-il pas mieux que ta mère s’intéresse un peu trop à toi plutôt qu’elle s’en fiche royalement?

Je te pose une autre question: est-elle la seule à être responsable des frictions et des disputes que vous pouvez avoir autour de ces questions de possessivité? Je t’encourage à faire toi aussi un travail sur toi-même, parce que tu as peut-être une part de responsabilité. Voici trois conseils.

1. Parles-en avec elle
Discuter, c’est la première chose à faire. Souvent, dans les situations tendues, nous fuyons, nous nous énervons au lieu de garder notre calme. En effet, nous réglons le problème avec une certaine violence dans nos paroles ou notre comportement, sans forcément prendre du recul. Mon conseil: fuis la dispute, pose-toi dans ta chambre, réfléchis à ce qui s’est passé, analyse la situation en évitant de te dire que c’est sa faute et pas la tienne.

Ensuite, retourne vers ta maman en cherchant à discuter d’une manière posée en exposant le problème: «Maman, j’ai l’impression que tu me surveilles tout le temps, je ne peux jamais faire ce que j’ai envie… J’aurais besoin de plus d’autonomie et de responsabilités». C’est une discussion constructive dans laquelle elle et toi vous pourrez mettre à plat ce que chacun ressent ainsi que vos besoins, de manière franche, sans sous-entendu.

2. Trouve quelqu’un de référence
La deuxième chose à faire, c’est parler de tes difficultés à quelqu’un de plus âgé que toi, de posé et de mature, qui peut t’aider par son expérience. Les conseils sont souvent utiles et une bonne manière d’être encouragé et reboosté. Peut-être que cette personne pourra même servir d’intermédiaire auprès de ta mère.

3. Invite Dieu dans l’équation
Pourquoi ne pas prier? Ce conseil est encore plus important si tu as du mal à discuter avec ta mère et à demander des conseils. Dieu peut agir dans les situations les plus compliquées. Il te donnera sa paix, sa force, il créera des opportunités que tu n’imagines même pas. Dieu est favorable à de bons rapports entre parents et enfants, alors il agira.

La Bible est aussi pleine de conseils, en particulier le livre des Proverbes, qui donne beaucoup d’indices sur la marche à suivre dans nos relations avec les autres. Cela va sûrement t’éclairer et t’aider. Il y a 31 chapitres dans les Proverbes, tu peux donc en lire un par jour pendant un mois!

Guillaume Saehr

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°