As-tu des amis (vraiment) différents?

image: As-tu des amis (vraiment) différents?
© Alliance Presse

Qui sont tes amis? Des gens qui te ressemblent? As-tu déjà fait l’effort d’apprendre à connaître des personnes dont la culture, la langue ou les manières de vivre sont très différentes des tiennes? C’est une véritable source de richesse!

L’été passé, je suis allé faire de l’humanitaire en Colombie. Avant mon départ, un ami m’avait averti: «C’est à l’étranger que tout le monde devient patriote». Lors de mon retour, je ne me sentais pas plus suisse, mais j’avais appris une leçon: la reconnaissance. Celle d’avoir grandi dans un pays prospère, d’avoir de l’eau potable chaque jour et de pouvoir faire des études. Tous ces privilèges, que nous prenons si souvent pour acquis, ne sont qu’un rêve pour les orphelins de Colombie. A leur contact, j’avais appris beaucoup sur eux, mais aussi sur moi.

Vers les marginalisés
Faut-il des chocs pour apprendre? Bien sûr! Ce sont souvent les gens très différents qui nous apprennent le plus sur nous-mêmes. Et tu n’as pas besoin de partir en Colombie! Pendant les semaines à venir, je te fixe un défi: essaie de créer des liens avec des personnes qui ne sont vraiment pas comme toi. Jésus était ami de tout le monde, avant tout de ceux qui étaient marginalisés. Il nous encourage à passer du temps avec ce genre de personnes. Il nous met au défi: «Quand tu offres un repas de fête, invite les pauvres. les infirmes, les boiteux et les aveugles. Tu seras heureux, car ils ne peuvent pas te le rendre. Dieu te le rendra lors de la résurrection des justes» (Luc 14,14).
Jésus construisait toujours des ponts, nous construisons trop souvent des murs. Des murs autour de nous-mêmes, mais aussi autour de nos groups d’amis et de nos pays. Devant Dieu, tout le monde est égal. Jésus-Christ désire que nous soyons des ingénieurs qui créent des ponts entre des personnes de culture, de langue et de nationalité différente. Devant Dieu, un cœur qui bat pour Jésus compte beaucoup plus que le passeport.

Préparation pour le Ciel!
Si nous franchissons les différences culturelles, nous découvrons tant de choses sur la richesse du patrimoine de l’autre! Personnellement, ma langue maternelle est celle qui sera parlée au Ciel: le suisse-allemand (lol). A 20 ans, j’ai dû faire mon service militaire avec des francophones. Au début, je me sentais limité à m’exprimer en francais. Mais Dieu m’a permis d’améliorer mes capacités linguistiques, et à la fin de mon école de recrues, je rêvais même en francais. Chaque langue nous ouvre une porte sur une culture différente et enrichissante. Pourquoi ne pas écouter de la louange en anglais, en italien ou en espanol? Pourquoi ne pas apprendre quelques phrases en albanais ou en arabe pour surprendre nos amis étrangers à l’école?
Alors, es-tu disposé à faire un pas en direction de ceux qui, autour de toi, sont un peu différents? De ceux qui parlent une autre langue, mangent d’autres plats, ont d’autres habitudes vestimentaires ou semblent tellement différents de par leur caractère? Au Ciel, il y aura de tout, alors autant se préparer maintenant! «Après cela, je regardai encore et je vis une foule immense de gens que personne ne pouvait compter. C’étaient des gens de toute nation, de toute tribu, de tout peuple et de toute langue» (Ap. 7,9).

Simon Grunder

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°