Apprends de leurs erreurs et reconnais leurs succès!

image: Apprends de leurs erreurs et reconnais leurs succès!
© Alliance Presse

Responsable de groupe de jeunes, Christophe Konrad est aussi engagé dans l’organisation de la Rencontre de Jeunesse (RJ). Il t’encourage à essayer de faire mieux que la génération précédente. Découvre sur ce site les autres articles de notre dossier.

Tu côtoies beaucoup de jeunes. Quels sont à ton avis leurs principaux reproches à l’égard des générations précédentes?
Beaucoup de jeunes reprochent aux plus âgés d’être en décalage avec eux, de ne pas comprendre leur réalité. Ils ne vont pas forcément l’exprimer par des mots, mais de différentes manières: par de l’insolence, des propos malpolis, des réactions d’énervement ou d’agacement, etc. Beaucoup d’orgueil vient au travers de ces sentiments: «Ils ne comprennent de toute façon pas, donc je me renforce dans mes idées.»

En outre, plus jeune, j’en voulais aussi aux plus âgés de ne pas m’aider à avancer dans ce que je vivais. Certains jeunes ont ce même sentiment qu’on n’a pas assez pris soin d’eux, qu’ils n’ont pas été bien coachés dans certains domaines de vie.

A quels domaines penses-tu?
Bien des jeunes estiment que leurs parents peinent à parler de sexualité sans être mal à l’aise. La nouvelle génération, elle, pourra être plus ouverte par rapport à cette question et en parler plus librement. Ce sujet est aujourd’hui bien abordé dans les groupes de jeunes, alors que ça n’aurait pas été le cas autrefois. Attention, il y a bien sûr dans ce domaine aussi de multiples influences négatives, si bien que le fait d’en parler plus ouvertement ne règle pas tout.

Un autre domaine: un meilleur coaching dans la gestion des finances. Certains jeunes n’ont aucune idée de ce qu’il faut faire avec 100 francs en poche. Beaucoup reprochent à leurs parents de ne pas avoir pris du temps pour les enseigner vraiment et en faire des disciples.

La jeune génération peut-elle mieux faire?
Je pense qu’elle en a les moyens, bien sûr. Pas pour dire que la génération précédente a échoué, mais parce qu’il y a toujours moyen d’apprendre. Apprendre d’un bon exemple, de quelqu’un qui a fait mieux dans ce domaine. A titre personnel, j’essaie toujours de trouver les bons exemples pour ma vie: qui a réussi à investir dans la vie de plus jeunes? A élever ses enfants dans la foi? En ce sens, j’espère faire mieux que mes parents, et j’espère qu’à leur tour mes enfants feront mieux que moi!

Concrètement, quel conseil donnerais-tu à un jeune qui se trouve devant toi pour qu'il puisse mieux s'en sortir que ses parents?
Avec les années, tu rechercheras davantage des modèles de vie, des exemples. Avec le temps, on réalise que nos parents et grands-parents étaient des modèles dans quantité de domaines. Je t’encourage à moins te plaindre, mais à rechercher en quoi les générations précédentes étaient des modèles. Mes grands-parents ont 90 ans, et à chaque fois que je les vois j’essaie de recevoir d’eux une part de sagesse, de connaissance et de profiter de leur expérience de vie.

Il est important de garder une bonne attitude de cœur envers la génération précédente. Une attitude qui dit: «Je reconnais ce qu’ils ont fait de bon et ce qu’ils nous ont apporté, mais je vois aussi les domaines où il y a eu des manques». Cherche le bon et retiens-le. Puis mets-toi en action: si tes parents ont été catastrophiques dans un domaine, par exemple le couple, cherche à fonder un couple stable. Puise dans la Bible des exemples, des conseils et des principes qui t’aideront à mieux réussir.

Sois courageux! Certains sont passés par des situations extrêmement difficiles et, du fond de leur trou, ils mettaient la faute sur leurs parents, parfois à juste titre. Mais ils se sont accrochés, se sont battus et se sont ancrés en Dieu, jusqu’à rencontrer le succès et trouver le vrai bonheur.

Propos recueillis par
René Progin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°