Que vais-je faire de ma vie?

image: Que vais-je faire de ma vie?
© Alliance Presse

Au cours des études, beaucoup traversent des «temps morts». A la fin (ou même au milieu d’une formation), ils ont envie de «faire une pause», pour réfléchir à leur avenir parce qu’ils sont dans l’incertitude, ou pour «voir autre chose». La question qui résume tout cela: que faire pendant ce temps sabbatique, qu’il soit choisi ou subi? Découvre sur ce site les autres articles de notre dossier!

«Tu fais quoi en ce moment?». Cette question d’un ami que tu n’as plus vu depuis un moment te met mal à l’aise, parce que ta réponse ressemble à peu près à ça: «Pas grand-chose, en fait. J’ai fini ma formation et là, ben j’attends et je cherche des petits boulots. Ou alors j’hésite à partir voyager un peu». Quelques conseils si tu te trouves dans une situation similaire.

Tu as du temps? Profites-en!
Cela peut être angoissant. On se met à chercher «la volonté de Dieu» en ayant l’impression qu’elle est insaisissable, on peut se sentir coupable ou nul, mis sous pression par nos parents. Mon premier conseil: détends-toi! Plutôt que d’angoisser parce que tu as du temps devant toi, réjouis-tu de ces quelques mois particuliers. Avoir «congé» sur le long terme, cela ne risque pas de t’arriver souvent avant la retraite, alors profites-en pour vivre autre chose.

Un planning de ton année sabbatique
Quand je dis «vivre autre chose», je ne parle pas de découvrir de nouvelles facettes de ton lit ou de connaître la vie intime de tous les personnages de ta série TV préférée. Ton «congé sabbatique» devrait être organisé et limité dans le temps. Fixe-toi tout d’abord un objectif: avoir choisi d’ici telle date ce que tu veux faire l’année prochaine, après avoir réfléchi aux différentes options. Changer d’air, c’est bien, mais pas trop longtemps. Sinon, le retour sur terre est rude… Et en attendant, fais-toi vite un planning pour les mois ou l’année à venir. Il y a des gens qui «cherchent» quelque chose pendant une année sans finalement rien faire!

«Elargis ton horizon!»
Voici un exemple de ce que tu peux planifier: «Le mois qui vient, je cherche activement un petit boulot pour une période de janvier à mars. En parallèle, je décide de lire au moins trois bons livres chrétiens. Puis, jusqu’à Noël, je pars en Angleterre dans une famille pour apprendre l’anglais; j’en profiterai aussi pour regarder sur internet ce qui existe comme formation. Ensuite, après trois mois de boulot de janvier à mars, je fais un voyage missionnaire de trois semaines et un cours biblique intensif d’une semaine. Puis je conclus en me faisant plaisir: voir des amis et regarder les matchs de l’Euro 2016.»
L’objectif? «Elargis ton horizon!», t’encouragent Sam et Fidji Path-Laplagne, dans Fidji et Sam, étudiants (éd. Clé). «Les années étudiantes permettent de tester toutes sortes de choses. Jette-toi à l’eau. Mettre le nez dans toutes sortes de projets et activités est le meilleur moyen de savoir où et comment tu veux t’investir à l’avenir.»

Et Dieu dans tout ça?
Dans l’équation, n’oublie pas l’aspect spirituel. Si tu as du temps, songe à en consacrer une partie à Dieu, invitent Sam et Fidji, pour des week-ends de formation, des cours du soir, une université d’été, etc. Sam raconte qu’il a décidé de prendre son courage à deux mains pour partir avec OM. Il s’est retrouvé en Grande-Bretagne, pour aider une Eglise à faire connaître l’Evangile à la jeunesse. «J’ai vu que Dieu pouvait nous utiliser malgré notre manque d’expérience». Avec d’autres jeunes, ils ont lancé un club d’enfants dans un quartier défavorisé, réalisé des spectacles de rue, passé des soirées avec des jeunes en difficulté. Aucun regret, et pourtant cela impliquait de sortir de sa zone de confort et de prendre des risques financiers, professionnels et personnels.
Il n’est pas non plus interdit d’envisager une formation biblique à plein temps! Si tu as un «trou» dans ton agenda existentiel, le remplir avec Dieu ne peut être qu’une bonne idée! On consacre des mois de notre vie à étudier les mathématiques et l’anglais, pourquoi pas la Bible?

Un mentor pour te conseiller
Un dernier conseil donné par Sam et Fidji: trouve-toi un mentor. Ils sont convaincus que, pendant nos années étudiantes, nous avons besoin d’encouragement et de suivi, de pouvoir compter sur des personnes de confiance et d’expérience qui nous épaulent dans la foi et nous donnent des conseils avisés. Et souviens-toi que le but ultime n’est pas ce que tu accomplis, mais ce que tu deviens!

Jérémie Cavin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°