Prendre Dieu en soirée... paradoxal?

image: Prendre Dieu en soirée... paradoxal?
© Alliance Presse

Vivre une relation avec Dieu ne nous empêche pas forcément d’avoir aussi envie de faire la fête avec des amis le week-end. Mais il s’agit de ne pas mettre Dieu entre parenthèses. Pourquoi ne pas le prendre avec toi?

Y a-t-il une manière chrétienne de faire la fête? Laura, 18 ans, explique qu’avant chaque soirée elle prend un petit temps pour prier pour sa sortie. «Je lui demande aussi de me montrer si pour une raison quelconque il ne veut pas que j’y aille ou que ma place n’est pas là-bas». Etre en connexion avec Dieu même pendant ses sorties n’empêche pas Laura de profiter, au contraire. «Pendant la soirée, je parle souvent avec Dieu. Sentir qu’il est là m’apporte la paix et me permet de mieux profiter.»

Les pièges de la double personnalité
Ce n’est pas toujours évident d’avoir cet état d’esprit. Beaucoup ont du mal à prendre Dieu avec eux en soirée. Ils sont chrétiens la semaine et fêtards le week-end. Mais ouvrir cette porte, c’est s’engager sur une pente très glissante. «Faire la fête n’est pas plus interdit qu’aller travailler», estime Laura. Par contre, le monde de la nuit peut conduire à plusieurs excès et comportements douteux. Il faut donc redoubler de vigilance lorsqu’on s’y frotte. L’ivresse par exemple ouvre la porte à de nombreux autres péchés. La Bible nous met en garde : «Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera» (1 Pi. 5,8). Dans Ephésiens 5,18, il nous est également recommandé de ne pas nous enivrer de vin. On soulignera toutefois qu’à notre époque, on peut remplacer le mot «vin» par vodka, martini ou bière…

Etre honnête envers Dieu
Ces versets ne sont pas là pour t’embêter. En fait, Dieu est triste quand on le met de côté. Imagine que tu passes toute une semaine avec ton meilleur pote. Il te raconte tout et te demande plein de services. Il te fait la promesse que votre amitié ne changera jamais; mais le week-end venu, il organise la soirée du siècle et ne t’y invite pas. Comment le prendrais-tu? Mal, évidemment… Alors à ton avis, que ressent Dieu lorsqu’il est mis entre parenthèses le temps d’une soirée?

Faire la fête oui, mais rester dans les limites
Pour Laura, le plus important est donc de toujours chercher à honorer Dieu. Elle rappelle que notre corps est le temple de l’Esprit Saint. «On sait très bien au fond de soi quand on dépasse les limites ou qu’on a un comportement qui ne plaît pas à Dieu». Elle veut rendre gloire à Dieu où qu’elle soit. Faire la fête, oui, mais pas dans le même état d’esprit que ses amis. «Nous sommes des lumières et nous devons briller dans les ténèbres». Partager le monde nocturne de ses amis est aussi un moyen de les rejoindre et d’être témoin de Dieu. «Ils voient que je suis différente, que j’agis différemment qu’eux en soirée, mais qu’en même temps je ne “snobe” pas leur milieu! Ça les intrigue beaucoup et cela ouvre la porte à de nombreuses discussions.»

Par Gaëlle Monayron

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°