Deux freins à ta liberté

image: Deux freins à ta liberté
© Alliance Presse

Une précision évidente

Nous avons le droit de ne pas avoir les mêmes opinions sur certains sujets secondaires. Mais cela ne concerne bien sûr pas les choses essentielles sur lesquelles la Bible dit clairement «non»: personne ne peut dire que c’est sa liberté chrétienne de se saouler, de mentir, de regarder des films carrément sataniques ou de martyriser son petit frère…

La liberté chrétienne n’est pas absolue. Elle se heurte au moins à deux limites: la liberté des autres chrétiens et notre conscience. Découvre sur ce site les autres articles de ce dossier consacré à la liberté.

Imagine la scène. Ton grand-père est mort parce qu’il avait un problème d’alcoolisme, et du coup tu es abstinent. Ton grand frère est devenu totalement asocial parce qu’il regardait trop la télévision et était fan de jeux vidéo, et du coup tu considères la télévision comme malsaine. Tu te bats pour avoir des pensées pures et tu apprécies quand les filles s’habillent de manière plutôt sobre.

Admettons maintenant que tu sois invité chez des amis chrétiens, qui connaissent tout cela de toi. Dès ton arrivée, tu constates que le salon est plein de bières, que la table a été servie devant la télévision (l’idée est de regarder une série TV pendant le repas), que l’une de tes amies a mis une mini-jupe vraiment mini et que l’après-midi se passera à jouer à la Play.

Que vas-tu penser? Certainement que ces gens qui t’invitent ne sont pas très respectueux de toi! Sont-ils pour autant en train de pécher parce qu’ils aiment boire une bière et regarder la télévision? Non, parce que c’est leur liberté chrétienne. Mais où ils ont tort, c’est qu’ils sont en train d’enfreindre ta liberté, à toi!

Pas beaucoup de respect…
La Bible donne un principe très important: notre liberté ne doit pas choquer les autres croyants. Deux chrétiens ont le droit d’avoir des opinions différentes sur des sujets secondaires sur lesquels la Bible laisse une marge de manœuvre: la mode, leur gestion du temps et de leur argent, leurs loisirs, leurs habitudes alimentaires, etc. Mais ces avis différents doivent être vécus dans le respect de l’autre.

Concrètement, le défi, pour les chrétiens les plus souples, consiste à respecter ceux qui ont une vision plus stricte des choses. Comment? En évitant d’être «une occasion de chute», c’est-à-dire en acceptant parfois de renoncer à leur liberté lorsqu’ils sont en présence de personnes qui pourraient s'en choquer. Quant aux plus stricts, ils sont appelés à faire l’effort de ne pas «péter un câble» lorsqu’ils apprennent qu’un autre chrétien est plus souple qu’eux.

Ecoute ta conscience!
Une deuxième limite est posée à notre liberté: la limite posée par notre conscience. «Tout ce qui n’est pas le produit d’une conviction est péché»
(Rom. 14,14), explique l’apôtre Paul.
Autrement dit, si dans le cadre de l’usage de ta liberté chrétienne ta conscience te dit «stop», tu es censé l’écouter et arrêter. En quelque sorte, t’autocensurer. Un exemple: des amis veulent aller écouter un groupe de musique avec lequel tu n’es pas à l’aise. Si ta conscience t’encourage à ne pas les suivre à ce concert, tu es appelé à l’écouter.

Par Jérémie Cavin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°