Face à la maladie

image: Face à la maladie
© Alliance Presse

Les soucis de santé, plus que chambouler durement notre quotidien, peuvent également en venir à ébranler notre foi: pourquoi Dieu permet-il ça? éléments de réponses et témoignages. Découvre sur ce site les autres articles de ce dossier consacré à la maladie.

Pourquoi y a-t-il des maladies?
Sida, cancers, myopathies, malaria, gastro-entérites… Il y a tant de maladies qui nous empoisonnent la vie! Mais au fait, d’où viennent-elles?

Au commencement, il n’y avait pas de maladies: Dieu a créé un monde d’harmonie, où les humains vivaient en paix avec lui. C’est quand les êtres humains l’ont rejeté que la mort est entrée dans le monde.

La rédaction de Just4U se trouve au milieu des vignes. Cet automne, lorsque le raisin est devenu mûr, à ma grande surprise de citadine, il n’est pas devenu brun et moisi, comme le ferait une grappe si je la laissais dans mon frigo tout ce temps. Un jour, j’ai enfin compris: le raisin ne pourrit pas, car il est attaché au cep, qui le maintient en vie! Eh bien, les maladies, c’est pareil! Elles sont un symptôme parmi d’autres d’un monde qui s’est coupé de Dieu. Tout comme le moisi est le signe que le raisin n’est plus attaché au pied de vigne.

Les malades sont-ils coupables?
Si les maladies sont un symptôme du péché, alors les gens qui ont des maladies graves sont de grands pécheurs, non? C’est en tout cas ce que certains croient. Mais, à ton avis, est-ce que c’est juste de penser ainsi?

Réfléchis à ces paroles de Jésus: «Ces dix-huit personnes sur lesquelles est tombée la tour de Siloé, croyez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem? Non, je vous le dis. Mais si vous ne changez pas d’attitude, vous périrez tous également» (Luc 13, 4-5).

Comme tous les êtres humains, les malades sont des pécheurs. Mais ceux qui sont très malades ne sont pas plus pécheurs que les autres.

Quel est le but de la guérison?
Dieu veut guérir le monde entier. Il va le restaurer physiquement et réconcilier les humains entre eux et avec lui. C’est pour cela qu’il a envoyé son fils Jésus sur terre. Quand Jésus guérissait les malades, c’était un signe qu’il était bien le roi promis par Dieu, celui qu’avaient annoncé les prophètes. Ce signe permettait aux gens de le reconnaître. C’était aussi un encouragement à continuer à croire que le salut de Dieu est bien en marche, et qu’il va vraiment guérir notre monde malade entièrement et définitivement.

Encore aujourd’hui, la guérison physique glorifie Dieu. Mais ce n’est pas l’essentiel. La guérison physique est comme un panneau indicateur qui te dit que, dans quelques kilomètres, tu vas arriver à destination au bord de la mer. Tu es super content quand tu le vois, mais tu ne vas pas t’arrêter devant pour y passer tes vacances!

--PAGE--

Est-ce que Dieu peut tout guérir?
Jésus a guéri des aveugles, des sourds, des lépreux, des paralytiques… Guérir les corps, pour Dieu, ce n’est pas compliqué. Après tout, il les a créés, juste en donnant un ordre.
Jésus a même ressuscité des morts, comme son ami Lazare. Mais attention! Lazare est revenu à la vie avec son corps d’avant. Et au bout de quelques années, il est mort, comme tout le monde. Alors, est-ce que cette résurrection a fondamentalement réglé le problème de Lazare, à ton avis?

Le vrai signe que Dieu peut tout guérir, c’est la résurrection de Jésus. Il est revenu à la vie avec un corps physique (il a mangé du poisson grillé). Mais c’était un corps transformé, qui lui permettait de passer à travers les murs par exemple. Ce que l’apôtre Paul appelle un corps glorieux.

D’après Paul, la résurrection de Jésus est la preuve que tous ceux qui croient en lui recevront eux aussi un corps semblable, quand il reviendra à la fin des temps: «Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible; il ressuscite incorruptible; il est semé méprisable, il ressuscite glorieux; il est semé infirme, il ressuscite plein de force» (1 Cor. 15, 42-43).
Alors réjouis-toi! Dieu peut, Dieu veut, Dieu va tout guérir. Même des trucs dont tu ne pensais même pas qu’ils étaient malades.

Dieu nous doit-il une guérison?
Est-ce cela que promet la Bible? Celle-ci raconte que Jésus guérissait tous les malades qu’on lui amenait. «La punition qui nous donne la paix est tombée sur lui, et c'est par ses blessures que nous sommes guéris», nous dit Esaïe 53,5 au sujet du Sauveur. Alors, c’est bon, Dieu va guérir mon diabète là maintenant, dès que je le lui demande! Il est bien obligé, non?

Si tu penses cela, c’est que tu lis la Bible comme si c’était Où est Charlie? Tu sais, le livre plein de grandes images hyper détaillées qu’on ne regarde pas vraiment parce qu’on ne cherche qu’une chose, notre bonhomme avec un bonnet rouge et des lunettes. Essaie de te détacher un peu de ta situation personnelle du moment, et regarde tous les autres versets d’Esaïe 53: tu verras que son message essentiel, c’est la promesse d’un Sauveur qui vient payer pour notre péché. A la Croix, Jésus ne se contente pas de traiter quelques symptômes.
Il attaque la racine même du mal qui rend notre monde malade.

Dieu n’a pas promis de nous exaucer sur-le-champ. Ce n’est pas un serveur un peu lent dans un bistrot, à qui on peut mettre la pression. Mais n’aie pas peur! S’il a donné la vie de son fils unique pour te sauver, c’est qu’il t’aime vraiment, et qu’il se soucie de ce qui t’arrive. Alors quand tu lui parles, évite de lui donner des ordres, mais confie-lui ce que tu as sur le cœur.

Pourquoi certains ne guérissent-ils pas?
Certains pensent que si on est malade, c’est qu’on n’a pas assez prié, ou pas assez de foi. De quoi culpabiliser sérieusement! D’autres, quand l’épreuve dure, supposent que Dieu est impuissant, ou indifférent. Du coup, ils s’en détachent.

--PAGE--

Ne sois pas un ami de Job, ni pour toi-même ni pour les autres! Tu sais, ceux qui sont venus le voir pour lui dire que s’il était malade, c’est qu’il avait des trucs à se reprocher. Cette attitude de jugement, elle vient de notre manque de confiance en Dieu. Nous voulons comprendre tout ce qu’il fait, comme si on le contrôlait. Sauf que Dieu ne nous doit pas d’explications.

En fait, si tu es malade, tu es en très bonne compagnie. Job, d’abord, dont Dieu était très fier, même s’il ne lui a jamais donné d’explications sur la crise qu’il a traversée.

Et puis Jésus lui-même: «Christ a présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et il a été exaucé à cause de sa piété», dit Hébreux 5, 7. Euh, j’ai bien lu? Il n’a pas été exaucé Jésus, puisqu’il est mort!
Enfin, oui et non. Il a vécu l’agonie de la Croix, mais il est revenu à la vie. Et tous ceux qui croient en lui ressusciteront avec lui. Aucun croyant ne restera malade pour l’éternité.

Dans l’Eglise d’un vieux pasteur que Dieu avait guéri miraculeusement dans sa jeunesse, il y avait une dame en fauteuil roulant. Elle souffrait d’une sclérose en plaques et ne pouvait plus marcher. Une autre dame de 85 ans, avec une santé de fer, venait la rabrouer pour son manque de foi. Le pasteur rassura la malade: «Tu sais, si Dieu te guérissait, les gens pourraient douter du miracle. Mais ce dont ils ne peuvent pas douter, c’est de la manière dont tu vis cette maladie.»

Qui guérit? Les médecins ou Dieu?
Souvent, on pense qu’il y a deux sortes de guérison. D’un côté, les guérisons explicables par la médecine, et attendues, comme pour des bras cassés. De l’autre, celles que les médecins n’arrivent pas à expliquer, et dont ils pensaient qu’elles ne devaient pas arriver, comme lorsque des aveugles recouvrent la vue. Dans le premier cas, on remercie son corps,et les médecins. Dans le second, on rend gloire à Dieu.

Mais pour la Bible, toutes les guérisons, et même la bonne santé, sont des miracles! La Parole nous dit que c’est par le fils que Dieu a créé l’univers et que c’est Jésus qui «soutient tout pas sa parole puissante» (Hébreux 1, 2). Les lois de la biologie sont un don du Dieu qui prend soin de nous.

Les guérisons inattendues attirent notre attention sur l’action de Dieu. Mais en fait, il est toujours là, et on doit toujours lui rendre gloire. Même s’il ne faut pas oublier de remercier notre médecin pour la peine qu’il s’est donnée pour nous!

Par Celia Evenson

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°