La vie n’est pas rose, mais elle est belle!

image: La vie n’est pas rose, mais elle est belle!
© iStockphoto

Le secret du bonheur, c’est de saisir que la vie est belle, même si elle n’est pas forcément toujours rose! Concrètement?

Enfant, on vit dans un monde innocent où tout semble possible. On peut devenir ce que l’on souhaite: pilote, astronaute, chanteuse. Et puis, un jour, on devient adolescent… et notre bulle éclate. On prend conscience que l’on vit dans un monde terrible, injuste… et qu’on est à l’abri de rien. Mais devenir adulte… un adulte heureux, c’est savoir trouver le juste milieu entre ces deux extrêmes. Il est important de comprendre un truc: ce n’est pas parce que la vie n’est pas toujours rose et facile qu’elle en est moins belle. Voici un petit guide de survie en haute mer, en trois étapes.

Etape n°1: accepter que la vie n’est pas facile
En haute mer, ça tangue sévère parfois. Ce n’est pas parce que tu es chrétien et que tu as donné ta vie à Dieu que ta vie sera «chill». Regarde Jésus, lorsqu’il était sur terre, sa vie était bien loin de la facilité. Après la chute de l’homme dans le jardin d’Eden, le mal a fait son entrée dans ce monde. Heureusement, ce n’est que temporaire. Mais en attendant, un tel monde ne peut pas nous offrir une vie toute rose.

Toutefois, Jésus nous promet une vie en abondance. Mais attention, «en abondance» ne signifie pas non plus une vie dénuée de tout obstacle. «Vous aurez à souffrir dans le monde, mais n’ayez craintes, j’ai vaincu le monde!», dit-il dans Jean 16, 33.

Etape n°2: stop la peur, on s’y prépare!
La vie… on peut la voir comme un défi, une aventure. On sait qu’il y aura des hauts et des bas, mais également qu’avec Dieu, la victoire nous attend de toute manière au bout du compte. Si la meilleure préparation consiste à se concentrer sur Dieu, le meilleur moyen de traverser les bas est de ne pas en avoir peur. Se voiler la face et vouloir à tout prix les éviter est vain. As-tu déjà remarqué que, dans la mer, se prendre une vague de plein fouet en nageant est beaucoup moins pénible que lorsque tu la vois arriver au dernier moment en tournant la tête et que tu la ramasses de trois-quarts?

Etape n°3: choisir de s’en réjouir
Etre heureux, ce n’est pas un but en soi mais plutôt un état d’esprit. Il faut apprécier les moments de bonheur sans se dire qu’ils doivent à tout prix durer éternellement. «A chaque jour suffit sa peine», nous dit la Bible, et ce n’est pas pour rien.

Savoir apprécier ce que l’on a, c’est aussi reconnaître les bénédictions que Dieu nous offre au quotidien. Bénédictions qui sont pourtant loin de nous être dues. Tu es en vie, c’est déjà tellement! Et surtout, tu as le privilège de vivre avec l’espérance que tu as déjà la victoire éternelle en donnant ta vie à Dieu, alors qu’importe les circonstances terrestres.

Par Gaëlle Monayron

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°