Jusqu’où iras-tu pour prouver ton amour?

image: Jusqu’où iras-tu pour prouver ton amour?
© Alliance Presse

Souvent, nous disons que nous aimons Dieu et notre prochain. Mais Francis Chan, dans son livre Crazy Love, nous rappelle que l’amour véritable se vérifie par des actions. Notre amour est-il radical et fait-il des sacrifices? Entretien exclusif. Cet article fait partie de notre dossier sur «je veux plus aimer Dieu et mon prochain». Trois autres textes sont à lire sur ce site.

Vous dites que les chrétiens ont un problème: ils n’aiment pas assez.
Souvent, nous disons qu’il faut aimer Dieu, mais nos actes sont ensuite totalement opposés à Dieu et ne démontrent pas du tout notre amour pour lui et pour notre prochain. Je suis attristé quand des gens pensent pouvoir vivre en chrétiens, mais sans avoir une relation avec Jésus. Pour cela, ils tordent le sens de la Bible pour séparer ce qu’ils croient de ce qu’ils vivent.

Quels passages de la Bible devrions-nous recommencer à lire pour mieux aimer?
Nous devons débuter avec le plus grand commandement, celui d’aimer notre Dieu de tout notre cœur. Si nous aimions Dieu comme nous aimons d’autres personnes, quels changements nous observerions dans notre vie, par exemple dans les rapports avec nos copains d’études ! Aimes-tu Dieu de la même manière que tu aimes tes meilleurs amis? Lui, il a donné sa vie pour nous… Il faut que Dieu fasse grandir en nous son amour pour lui. Notre objectif: apprendre à aimer comme Jésus a aimé.

Mais ce changement est-il possible?
C’est sûr que lorsque, dans l’Eglise, je parle de vivre d’une manière différente de celle du monde, beaucoup résistent. C’est logique, parce que nous nous contentons d’aimer «au minimum»: nous croyons que ça suffit de donner quelques centimes à Dieu, de servir bénévolement par-ci par-là, etc. Agir ainsi, c’est plus simple que de risquer son confort ou sa vie !

En gros, les chrétiens n’aiment pas assez en actions?
Oui, car nous devrions vivre l’amour surnaturel ! Les gens disent aimer Dieu quand ils ont les larmes aux yeux lors d’une rencontre chrétienne ou qu’ils font un don après avoir vu un reportage sur la pauvreté. C’est un bon début, mais nous devons nous engager de façon plus radicale, par exemple en vendant nos biens et en servant notre prochain. Nous développerons alors un amour intense pour notre prochain et ferons de joyeux sacrifices pour Dieu. Regarde Jésus: il n’a pas passé beaucoup de temps à penser à lui et à son confort, car il se préoccupait de son Père et des autres. Et si je veux aimer Jésus et lui obéir, je serai automatiquement conduit vers les nécessiteux. Cela deviendra aussi naturel que de prendre soin de soi.


Vous écrivez que les chrétiens ne sont pas généreux…
Nous sommes égoïstes, je suis égoïste. Si nous regardons Jésus, nous devons admettre que nous avons encore du chemin à faire. Tout lui appartient. Alors, plutôt que de nous demander ce que nous devons lui donner, demandons-nous quelle part nous osons garder pour nous. La question doit être inversée.

Christian Willi

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°