Virginie a fait le choix d’aimer

image: Virginie a fait le choix d’aimer
© Alliance Presse

Aimer Dieu, quelque chose de naturel

Et aimer Dieu, Virginie y arrive-t-elle aussi? «Parfois, si je pouvais sauter dans les bras de Dieu, je le ferais, parce que je sais que Dieu m’aime». Bien sûr, ce qu'elle ressent pour Dieu va aussi fluctuer en fonction des circonstances. Virginie ne se gêne pas de dire à Dieu ce qui lui pèse, la révolte ou la déçoit. Mais elle a pris l'habitude de rappeler à Dieu qu'elle choisit de l'aimer.

L’amour de Virginie a pu changer des situations pénibles. Cet article fait partie de notre dossier sur «je veux plus aimer Dieu et mon prochain». Trois autres textes sont à lire sur ce site.

Enfant, elle protégeait les faibles
Virginie s'est toujours intéressée aux autres. Petite, elle avait créé une brochure pour que les enfants qui se faisaient embêter par les autres puissent s'exprimer. A l'école, elle refusait de passer plus loin des billets avec des critiques sur la camarade souffre-douleur de la classe. Au risque de se faire montrer du doigt par les meneuses.
A quatorze ans, Virginie savait quel serait son métier: éducatrice spécialisée. Son rêve s’est réalisé et elle a travaillé avec des enfants, des ados et avec des familles touchées par la dépendance à l'alcool. Elle organise aussi des camps d'enfants, avec l'organisation Espoir Romand.


Prière pour ses «ennemis»
Virginie voit son intérêt pour les autres comme un cadeau de Dieu: «Il me facilite la vie et les rapports avec les personnes dont je m’occupe dans mon travail». Elle a aussi développé le réflexe de prier pour recevoir l'amour, et ça a marché à chaque fois: «Dans les institutions où j'ai travaillé, Dieu m'a ainsi permis d'affronter des situations difficiles, comme la violence ou les insultes des enfants».

Et avec les gens casse-pieds?
Comme toi, Virginie préfère certaines personnes. Mais elle choisit toujours de puiser l'amour en Dieu quand elle n'y arrive pas naturellement: «Dans ces relations plus difficiles, l'amour que Dieu me donne ne va pas forcément faire de l'autre mon meilleur ami, mais me permettre d'être en paix dans ce que je ressens pour cette personne.»

Tout le monde peut-il aimer ainsi?
Virginie est convaincue qu'aimer est à portée de tous: «Aux yeux de Dieu, nous sommes tous monstre précieux, même les personnes avec qui je n'ai pas du tout d'affinité et que j'aurais tendance à juger». Il suffit de demander à Dieu de changer notre regard... ou justement de ne pas le demander.

Oui, mais ça apporte quoi?
Aimer, c’est bien beau, mais dans quel but? Virginie raconte que son amour pour les autres a pu changer des situations professionnelles pénibles: «J'étais dans une équipe de collègues très opposés à Dieu, qui critiquaient souvent les chrétiens. Une semaine après mon arrivée, une de ces personnes critiques face à Dieu, m'a dit: “Depuis que tu es arrivée, il y a de la paix et de l'amour dans cette institution”». Super encouragement!
Mariée depuis cinq ans, elle et son mari ont aussi décidé de demander l'amour de Dieu l'un pour l'autre, histoire que la solidité de leur couple ne soit pas limitée par leur humeur ou les circonstances.

Christian Willi

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°