Mon image ne dépend pas que de mon look!

image: Mon image ne dépend pas que de mon look!
© Alliance Presse

Nous nous comparons dans tous les domaines

Quelques domaines où nous sommes tentés de nous comparer les uns aux autres…
- les performances sportives
-l’argent que nous avons
- notre comportement moral : suis-je meilleur ou moins bon que lui dans mon attitude?
- le succès auprès des autres et la réputation
- notre réussite scolaire ou professionnelle
- les relations que nous avons avec notre famille
- le nombre d’amis que nous avons «en vrai» ou sur Facebook

L’image que nous donnons de nous compte souvent beaucoup. Nous avons aussi tendance à nous comparer aux autres. Il faut dire que les «fabricants de beauté», la mode et le bombardement d’images qu’on nous propose, jouent aussi un rôle. Alors comment se sentir beau sans en faire une fixation? Découvre les autres articles de ce dossier «Look» sur ce site!

«Comme elle est mince; et moi, avec mes cuisses qui ressemblent à des jambons…» «Ouah, il a une coupe de cheveux trop stylée et des fringues tellement classe, j’en suis presque jaloux!». Ce genre de réflexions, tu connais sûrement. Que tu sois une fille ou un gars, tu as certainement déjà expérimenté la comparaison, en particulier sur la question de l’apparence physique.

On voit ce que les autres ont et que nous n’avons pas
Mais pourquoi nous comparons-nous aux gens qui nous entourent? Se comparer c’est «rechercher les différences et ressemblances» entre deux personnes. Avouons que nous notons plus souvent les différences que les ressemblances! On voit si facilement ce que les autres ont et que nous n’avons pas! Mais qu’est-ce qui nous amène à nous comparer, tellement qu’on en vient parfois à se pourrir la vie?

Suis-je objectif sur ce que je pense de moi?
«On a envie de se découvrir. Se comparer aux autres permet de se donner un avis sur soi-même», réfléchit Daniel, 19 ans. Si ton meilleur copain reçoit des éloges pour son nouveau look, tu vas forcément te mettre à réfléchir au tien, de look. Mais cet avis reflètera-il la réalité? Daniel pense que non. Car on perd vite son objectivité et on peut se mettre à ruminer des pensées négatives. Le remède? «Il faut se demander quelle part de vérité et quelle part de mensonge il y a dans l’image que nous avons de nous-mêmes», explique la thérapeute Claire Doerig.

Les filles, différentes des gars
Même si la comparaison physique touche principalement les filles, championnes du monde en la matière, les gars ne sont pas forcément épargnés. Surtout lorsque leurs potes font baver toutes les filles d’admiration, alors qu’ils ne recueillent aucun suffrage… Là, ce n’est pas facile à encaisser.

La comparaison te détruit
Comment cette comparaison influence-t-elle tes pensées? Pour Krystel, 14 ans, et Daniel, le constat est identique : «Cela fait du mal». Krystel explique : «J’ai conscience que la comparaison a une mauvaise influence, parce qu’on essaie d’être comme les autres et qu’on se sous-estime, alors qu’on est comme on est!»
La comparaison ne peut en effet que nous amener à s’estimer «plus» ou «moins» que l’autre. Si tu te trouves moins bien, cela te dévalorise et te fait souffrir. Mais si tu te trouves meilleur, cela t’amène à te surestimer, à ne plus reconnaître tes limites ou à devenir orgueilleux et à prendre les autres de haut.

«Je me sentais rabaissée»
Myriam, 18 ans, elle, a connu une situation où on la comparait aux autres, surtout sur la question de ce qu’ils faisaient et qu’elle ne faisait pas (travail, permis de conduire, etc.). Cela l’amenait automatiquement à se questionner sur elle-même. Le processus est le même que pour l’apparence physique : «Je me sentais rabaissée», dit-elle. Maintenant, elle évite de se comparer. Dieu lui a ouvert les yeux lorsqu’un jour, les gens avec qui on la comparait lui ont dit qu’ils n’étaient pas heureux, qu’ils tentaient juste d’avoir bonne apparence. «J’ai alors compris que cela ne servait à rien de se comparer pour des choses futiles. Je possède le plus important : l’amour de Dieu pour moi!»

«Je suis une créature merveilleuse»
Pour éviter la comparaison, Daniel «essaie lui aussi de penser un peu plus à Dieu». Mais face à la pression environnante, à l’envie d’être accepté et apprécié, il peut être difficile de déclarer comme David : «Je te célèbre car je suis une créature merveilleuse» (Ps. 139,14). Et c’est aussi le cas sur la question de la beauté physique! Même si ce n’est pas toujours évident, Dieu a toujours une parole de réconfort et d’encouragement pour toi, dans la Bible ou quand tu pries.

Joëlle Misson

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°