Zoom sur la recherche du bonheur: Mais il se cache où, ce bonheur?

image: Zoom sur la recherche du bonheur: Mais il se cache où, ce bonheur?
© Alliance Presse

Il avait 1000 femmes, mais il n’était pas heureux…

Connais-tu le livre de l’Ecclésiaste, dans la Bible?
Ces 12 chapitres ont été écrits par le roi Salomon, qui était le roi le plus prestigieux, le plus riche, le plus sage et le plus respecté de toute l’histoire d’Israël. Imagine un peu: «Il rendit l’argent aussi commun à Jérusalem que les pierres» (2 Rois 10,27), il avait un palais magnifique, «il était plus sage qu’aucun homme» (2 Rois 5,11) et il était le roi le plus respecté de toute la région. Salomon a tout essayé pour être heureux. Il a même eu 1000 femmes…
Pourtant, dans l’Ecclésiaste, il écrit que toutes ces choses ne sont que vanité et qu’elles ne donnent pas le vrai bonheur. Sa conclusion est double: d’une part, il faut profiter de tous les bons petits moments de la vie; d’autre part, il faut se rappeler que le but de la vie n’est pas dans ces choses, mais en Dieu. «Crains Dieu et observe ses commandements. C’est là tout l’homme» (Ecc. 12,14).

Tu es Suisse? Alors tu es heureux! Tu es Français? Alors tu es plutôt malheureux! Tu habites en Afrique? Alors tu fais partie des personnes les plus malheureuses du monde! Hum, drôle de théorie, non? C’est pourtant ce que prétend le classement du Bonheur intérieur brut, qui fait une liste des pays où l’on est le plus heureux. La Suisse arrive en troisième position, la France à la 36e place et les pays d’Afrique en queue de liste… Qu’en penses-tu?

Les Suisses sont heureux, dit-on. Mais si on se promène dans la rue d’une ville suisse, on n’a pas l’impression que les gens ont l’air spécialement plus heureux qu’ailleurs. Ils ont peut-être une longue espérance de vie, des écoles performantes, des salaires élevés et de belles montagnes, mais beaucoup tirent une tête d’enterrement. Et si tu vas en Afrique, tu verras que la plupart ont un sourire jusqu’aux oreilles alors que leur vie semble peu enviable.

Ces stars malheureuses…
C’est la preuve que le bonheur ne dépend pas que de l’argent ou des derniers gadgets que nous possédons, de l’estime dont nous jouissons ou du confort de notre chambre à coucher. Il suffit de lire les magazines people pour voir que beaucoup de stars sont malheureuses, se sentent seules et n’ont pas de but de à leur vie. L’actrice Lindsay Lohan et la top-model Noémie Lenoir ont par exemple fait des tentatives de suicide, alors qu’elles ont la gloire, l’argent et la beauté.

Des pâtés de boue dans une flaque?
Bon, assez parlé du malheur. La question qui t’intéresse: comment être heureux? De tout temps, les hommes ont cherché à y répondre. Logique: tout le monde cherche le bonheur! Le philosophe Nietzsche a dit que «le bonheur est une femme» (c’est une façon de voir!) et un proverbe chinois assure: «Paix et tranquillité, voilà le bonheur». Beaucoup répondront aussi que le bonheur se trouve dans les petits plaisirs de la vie et dans les bons moments que nous avons avec nos amis ou notre famille. C’est juste, mais cela ne suffit pas. L’écrivain John Piper donne une image: chercher le bonheur dans ces choses, c’est comme construire un pâté de boue dans une flaque alors que l’on a la mer et une belle plage de sable juste à côté.

Le jour où tout s’écroule
Comment donc atteindre ces plages de sable qui bordent une mer d’azur, le VRAI bonheur? Songe à cela : que se passe-t-il si tu mets ton bonheur dans tes sorties avec tes amis et que, du jour au lendemain, ils te font tous la gueule? Ou si ton bonheur vient de tes activités sportives et que, suite à un accident, tu te retrouves en chaise roulante? Tout s’écroule! Le bonheur est donc plus que des bons moments. Le bonheur, c’est Dieu!

«Plaire à Dieu? C’est pas très sexy»
Mouais, et comment ça? La réponse est simple: plus tu aimes Dieu, plus tu es heureux. Dieu t’a créé pour lui rendre gloire, c’est-à-dire faire en sorte que ta vie lui plaise. Si d’autres objectifs de vie passent avant celui-là, c’est comme si tu utilisais ta vie pour une autre fonction que celle qui a été prévue pour elle. Un peu comme si tu prenais ta guitare pour jouer au tennis…
Tu te dis peut-être: «C’est vraiment pas sexy de chercher à plaire à Dieu plutôt que de m’éclater dans mes petites joies quotidiennes». En réalité, en obéissant à Dieu et en prenant du temps pour être en relation avec lui, tu fais d’une pierre deux coups. Non seulement tu lui fais plaisir, mais en plus tu trouves le vrai bonheur. Cela te procure une joie unique et durable: de cette manière, tu poursuis un rêve qui ne sera pas détruit le jour où tout s’écroule.

Le bonheur est un métier, il s’apprend
Bien sûr que les circonstances difficiles vont te faire mal, mais tu auras au fond de toi quelque chose de solide qui t’aidera à garder une forme de joie: en effet, tu resteras convaincu que ta vie, c’est plus que ces déceptions ou ces épreuves. Mais on n’obtient pas cette joie en claquant des doigts. Marie Laforêt disait: «Le bonheur est un métier, il s’apprend». Tu n’en es pas convaincu? Alors tente le coup, tu n’as rien à perdre à essayer d’être heureux!

Par Jérémie Cavin

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°